/news/politics
Navigation

Possible recul sur l’avortement aux États-Unis: pas de députés pro-vie à la CAQ, assure Legault

Coup d'oeil sur cet article

La députation caquiste ne compte aucun élu opposé à l’avortement et un potentiel candidat pro-vie serait écarté d’emblée, assure François Legault.

• À lire aussi: Avortement: le gouvernement Trudeau veut «revoir le cadre légal»

Le possible recul sur le droit à l’avortement aux États-Unis a eu des échos jusqu’à l’Assemblée nationale, mercredi.  

«Je demanderais à l'ensemble des formations politiques d'avoir clairement des candidats qui ne sont pas contre l'avortement», a déclaré la cheffe libérale Dominique Anglade en matinée. Manon Massé avait formulé une demande similaire le 8 mars dernier, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes.  

À la CAQ, le premier ministre François Legault a assuré mercredi que tous ses députés actuels sont pro-choix.   

D’ailleurs, il serait impossible pour une personne qui se prononce contre l’avortement de porter les couleurs du parti aux prochaines élections. «Il n’y en aura pas à la CAQ», a assuré M. Legault.  

Le premier ministre a également ajouté qu’il «ne serait pas normal» qu’un candidat à la fonction de député s’affiche contre l’accès à l’avortement.   

On ne reviendra pas aux «tricoteuses»

Dans les couloirs du parlement, la députée caquiste Geneviève Hébert a semblé en désaccord avec son chef, lorsque questionnée à savoir si «les partis politiques devraient interdire les candidats qui sont pro-vie».  

«Aucunement», a d’abord répondu Mme Hébert, sans s’arrêter en chemin vers le Salon bleu.  

Quelques minutes plus tard, un attaché de presse de la CAQ est venu trouver Le Journal pour expliquer que Mme Hébert venait de l’aviser qu’elle avait mal compris la question.  

La députée de Saint-François aurait compris qu’elle était questionnée à savoir si on devrait interdire les candidats pro-choix.  

Vérifications faites, Mme Hébert assure être pro-choix, selon son attaché de presse.  

Questionnée quelques minutes plus tôt, sa collègue Marguerite Blais a dit souhaiter que le Québec ne connaisse pas un recul sur le droit à l’avortement, comme cela se dessine aux États-Unis selon un projet de jugement de la Cour suprême divulgué par un média en début de semaine.  

«On ne reviendra pas sur des vieilles histoires, [ni aux] tricoteuses. Moi, je pense que c’est le libre choix de la femme, j’ai toujours pensé ça. Je suis une féministe dans ce sens-là, pis toutes les femmes à la Coalition Avenir Québec pensent de la même façon», a-t-elle ajouté.

Parti conservateur du Québec

Pour le moment, seul le Parti conservateur du Québec compte au moins un candidat pro-vie connu, soit le Dr Roy Eappen.  

Le chef conservateur, Éric Duhaime, a d’ailleurs pris la plume sur Twitter pour dénoncer les sorties de ses adversaires. «En bons petits wokes, caquistes, libéraux et solidaires aiment se draper de vertus, a-t-il écrit. Leur ‘‘cancel culture’’ (culture de l’annulation) les amène maintenant à réclamer que seuls les gens qui pensent comme eux peuvent se porter candidats.» 

M. Duhaime rappelle que son parti et lui-même sont pro-choix. «Cela étant dit, des individus ont parfaitement le droit d’avoir leurs convictions religieuses personnelles et tout électeur a le droit de soumettre sa candidature», estime-t-il.  

À l’Assemblée nationale, la seule candidate conservatrice, Claire Samson, a tenu un discours similaire.  

Mme Samson fait valoir que le phénomène est marginal au PCQ. «Sur 125 candidats, il y a un candidat qui est contre l’avortement. La discussion ne sera pas très longue au sein du parti», fait-elle valoir.  

Mais qu’arriverait-il si une masse critique de candidats conservateurs était opposée à l’avortement? «Si le Parti conservateur arrivait à un point où il se disait contre l’avortement, je ne me sentirais plus vraiment appartenir à ce parti-là, c’est sûr», confie-t-elle.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.