/news/politics
Navigation

Sociétés d’État : Legault souhaite « éventuellement » éliminer les primes

Sociétés d’État : Legault souhaite « éventuellement » éliminer les primes
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre François Legault souhaite éliminer « éventuellement » les bonis consentis aux dirigeants et employés de sociétés d’État comme la SAQ et Loto-Québec, que le chef parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, juge « indécents ».

• À lire aussi: La pluie de bonis se poursuit à la SAQ et chez Loto-Québec

• À lire aussi: La rémunération de 6,3 M$ de Charles Emond est «décente»

« Dans certains cas de sociétés d’État, je préférerais qu’on élimine éventuellement les bonis », a déclaré mercredi le chef du gouvernement, en répondant au Salon bleu à une question de son vis-à-vis solidaire.

Toutefois, ces bonis faisant l’objet de clauses contractuelles, « on ne peut pas, du jour au lendemain, mettre ça aux poubelles », a rappelé M. Legault.

À la Société des alcools du Québec (SAQ), 600 employés se partageront encore une fois cette année « autour de 9 millions $ » en bonis, a confirmé mardi la PDG de la société d’État, Catherine Dagenais, lors de l’étude des crédits budgétaires.

Des cadres et des employés de Loto-Québec toucheront pour leur part des montants additionnels totalisant entre 4 et 5 millions $.

« Sur la question des bonis, cette année, [...] je me serais vraiment gardé une petite gêne », a répété pour sa part la cheffe libérale Dominique Anglade. 

Une exception pour la CDPQ ?

En chambre, M. Nadeau-Dubois a souligné qu’à la Caisse de dépôt et placement du Québec, le PDG, Charles Emond, gagne à lui seul « plus d’argent » (une rémunération record de 6,3 millions $ l’an dernier) que l’ensemble des membres du conseil des ministres.  

Pour ce qui est de la Caisse de dépôt, M. Legault trouve normal qu’une rémunération « comparable » à celle accordée par le passé soit offerte à son plus haut dirigeant. C’est le prix à payer « pour avoir un dirigeant de qualité », a-t-il laissé entendre, en rappelant que les rendements pour le bas de laine des Québécois ont été au rendez-vous. 

Le leader parlementaire péquiste, Martin Ouellet, trouve lui aussi anormal qu’on offre des bonis aux employés de la SAQ pendant qu’on augmente le prix des bouteilles pour les consommateurs. 

« C’est bonis as usual. C’est bar open », a-t-il déploré. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.