/misc
Navigation

Zelensky n’a pas besoin de visite

Nancy Pelosi et Volodymyr Zelensky
Photo AFP Nancy Pelosi et Volodymyr Zelensky

Coup d'oeil sur cet article

La plus récente visite éclair en Ukraine a été celle de Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, accompagnée de quelques parlementaires. Cette visite a eu lieu quelques jours après le bombardement russe d’immeubles à Kyïv, alors que le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Antonio Guterres, se trouvait dans la capitale ukrainienne.

La vérité, c’est que le déplacement de ces officiels n’est pas sécuritaire. Ils sont courageux de prendre autant de risques pour une séance de photos... Ou est-ce plutôt pour narguer le déséquilibré Vladimir Poutine qu’ils agissent de la sorte ?

À l’heure des différentes plateformes numériques, qui ont d’ailleurs permis au président ukrainien de s’adresser à bon nombre de Parlements, il n’y a rien qui puisse justifier cette prise de risque à ce moment-ci.

Il n’est évidemment pas question d’éviter les voyages diplomatiques en Ukraine éternellement, mais plutôt d’éviter de se placer dans une fâcheuse position, tant d’un point de vue de la sécurité que de la diplomatie.

Notre défense en décrépitude

M. Zelensky n’a pas besoin de recevoir de la visite. Il a besoin d’équipements, d’armement, du maintien et du renforcement des sanctions diplomatiques et économiques envers la Russie.

Et à ce chapitre, nous ne pouvons nous mesurer aux autres puissances. Notre défense est en décrépitude, notre équipement militaire est dépassé, notre contribution financière est négligeable devant le mastodonte américain.

Alors que voudrait-on que Justin Trudeau aille faire à Kyïv, comme le réclament certains observateurs, ces jours-ci ? Que veut-on aller dire à Zelensky, mis à part que nous sommes désolés de ne pouvoir en faire plus ?

Ouverture de notre ambassade

En ce qui a trait à l’importance de rouvrir notre ambassade, j’appuie l’idée qu’il serait important d’avoir une représentation diplomatique, ne serait-ce que pour diminuer la pression sur les ambassades des pays limitrophes qui font face à un raz-de-marée de demandes. 

Il faut cependant que l’on puisse assurer la sécurité de notre personnel, que ce soit à Lviv ou à Kyïv. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.