/sports/others
Navigation

Carapaz vise un deuxième titre

Le champion olympique figure parmi les favoris du 105e Tour d’Italie, mais ses adversaires sont nombreux

CYCLING-ITA-GIRO
Photo AFP Le cycliste Richard Carapaz lors de la cérémonie d’ouverture du Tour d’Italie, jeudi.

Coup d'oeil sur cet article

Le cycliste équatorien Richard Carapaz, de la formation Ineos Grenadiers, se présente au départ du 105e Tour d’Italie comme le favori logique, mais le champion olympique est loin d’être imbattable pour ses adversaires.

La seconde course la plus prestigieuse au monde prend son envol vendredi avec un grand départ en Hongrie. Au cours des dernières années, le célèbre Giro d’Italia a souvent été plus excitant que le Tour de France, parfois menotté par des enjeux financiers démesurés.

Cette édition longue de 3445,6 kilomètres s’élancera de Budapest, pour se conclure par un contre-la-montre à Vérone, le 29 mai, sur un profil identique à celui de 2019. Le Néerlandais Mathieu van der Poel (Alpecin-Fénix) rêve d’enfiler le premier maillot rose dès vendredi soir.

Après trois jours en Hongrie, le peloton profitera d’une journée de repos dès lundi pour un transfert vers l’Italie, et une reprise sur les pentes de l’Etna avec une arrivée sur des champs de lave.

Vainqueur en 2021, le Colombien Egan Bernal sera absent après avoir frôlé la mort dans un accident. Le cycliste de 25 ans a réussi par miracle à remonter en selle.

Originaire d’Ottawa, Alex Cataford (Israel-Premier Tech) sera le seul Canadien au départ pour son troisième grand tour. «Je suis super excité. Nous avons amené une équipe solide ici avec un gros accent sur les sprints», a-t-il confié.

Hugo Houle, Guillaume Boivin et Michael Woods vont plutôt poursuivre leur préparation en vue du Tour de France.

Trouble-fête

Outre Carapaz, les experts surveillent les Joao Almeida, Pello Bilbao, Simon Yates, Romain Bardet et l’infatigable Vincenzo Nibali, âgé de 37 ans. 

Guillaume Martin et même Alejandro Valverde, en tournée d’adieux à 42 ans, pourraient jouer les trouble-fête.

«Ce sera vraiment une belle bataille. Ineos a une grosse équipe, mais Bilbao marche fort. Yates semble en forme et ça faisait plaisir de voir Bardet gagner récemment», a commenté Guillaume Boivin, qui pédalera en Andorre pendant ce temps.

Du côté de l’équipe Israel-Premier Tech, un peu en manque de victoire, on visera les étapes avec le sprinteur Giacomo Nizzolo, champion à deux reprises du classement par points en Italie. Primoz Roglic, Tadej Pogacar et Tao Geoghegan Hart, champion du Giro 2020, brilleront par leur absence.

Nouveau papa d’un petit garçon, Antoine Duchesne n’y sera pas non plus mais le Québécois croit que son coéquipier Arnaud Démare peut décrocher une victoire d’étape pour Groupama-FDJ. «Sinon, nous avons Attila Valter. C’est un départ chez lui en Hongrie et je crois qu’il est capable d’en remporter une.» 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.