/news/provincial
Navigation

État des deux ponts: Marchand dit faire confiance au gouvernement

Le maire « relativise » la sortie syndicale des ingénieurs sur l’enjeu de la sécurité

Coup d'oeil sur cet article

La sortie des ingénieurs du gouvernement au sujet de l’état du pont de Québec et du pont Pierre-Laporte n’inquiète pas particulièrement le maire Marchand qui dit faire confiance au gouvernement Legault dans ce dossier.

• À lire aussi: L’intégrité des ponts de Québec et Pierre-Laporte «compromise», selon le syndicat des ingénieurs

« Cette sortie-là [des ingénieurs] ne m’inquiète pas davantage compte tenu du contexte [de conflit de travail] dans lequel elle se fait », a laissé tomber le maire de Québec, jeudi.

Mercredi, le syndicat des ingénieurs du gouvernement, actuellement en grève générale illimitée, a carrément affirmé que la sécurité des ponts était «compromise»

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a d’ailleurs qualifié leur sortie « d’irresponsable ». 

« Ce qui est dit, c’est que les travaux doivent être faits. Et si les travaux ne sont pas faits, la sécurité est compromise. Le gouvernement n’a jamais dit qu’il retardait les travaux [...] J’ai pas entendu que le conflit qu’il y avait présentement allait retarder ces travaux-là [...] Les échéanciers sont toujours valides », a ajouté le maire en disant « relativiser » la sortie syndicale.

En toute sécurité 

Selon lui, le gouvernement du Québec a assuré que « les ponts sont encore bons pour des dizaines et des dizaines d’années. Il faut les entretenir et c’est ce que le gouvernement du Québec a promis de faire. Il a une séquence de travaux. Les gens peuvent franchir le pont en toute sécurité ».

 

Au-delà de l’enjeu de la sécurité des ponts, le maire Marchand a de nouveau insisté sur l’importance d’améliorer le transit interrives.

Il est revenu avec son idée de mieux utiliser le fleuve Saint-Laurent, entre mai et octobre, avec des navettes fluviales pour les piétons et les cyclistes. 

Appelé à commenter la sortie syndicale, l’Ordre des ingénieurs a soutenu qu’il « n’a pas l’intention de s’immiscer dans le cours des négociations actuelles pour renouveler la convention collective entre l’État québécois et le syndicat qui représente les ingénieurs et ingénieures qui y travaillent ».

Scepticisme

Le maire Marchand a par ailleurs été interrogé au sujet de la sortie du ministre de l’Environnement, Benoit Charette, qui a affirmé mercredi que le troisième lien, en forme de tunnel, est le projet qui aurait le moins d’impact sur le plan environnemental

« Qu’on le prouve [...] Je ne demande qu’à le croire, mais j’ai besoin de faits pour croire », a avancé Bruno Marchand, visiblement sceptique.

Ce dernier réclame toujours « qu’on adopte des mesures vigoureuses pour contrer l’étalement urbain » et il ne semblait pas comprendre comment un tunnel entre Québec et Lévis pourrait permettre de lutter contre ce phénomène.

-Avec Jean-Luc Lavallée et Marc-André Gagnon

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.