/portemonnaie
Navigation

Logement: aux États-Unis, les chiens peuvent avoir leur propre «cote de crédit»

Logement: aux États-Unis, les chiens peuvent avoir leur propre «cote de crédit»
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Se faire refuser un appartement en raison de sa pauvre cote de crédit, c'est une chose. Par contre, se faire retourner de bord en raison du score de son chien, c'est autre chose... à moins de payer! C'est pourtant ce que peuvent vivre certains Américains, lorsqu'ils sont à la recherche d'un logis qui accepte les animaux de compagnie.

• À lire aussi: Elle épouse sa chatte pour ne pas perdre son logement

• À lire aussi: La Russie utilise des dauphins pour se protéger contre les sous-marins ukrainiens

• À lire aussi: La majorité des millénariaux voudraient pouvoir amener leur animal au boulot

Les humains ont Equifax ou TransUnion et les animaux de compagnie ont PetScreening. Du moins, aux États-Unis. 

PetScreening est une startup ayant mis sur pied une plateforme où les poilus Américains peuvent avoir leur propre «cote de crédit», appelée FIDO. Selon l’entreprise, une telle évaluation des animaux de compagnie encourage les propriétaires d’immeubles à logements à accepter les petites bêtes, notamment les chiens et les chats.  

Comment ça marche?  

Le propriétaire du chien entre les données demandées sur son chien, telles que son nom, son âge, son poids, sa race, son sexe, les vaccins administrés, s’il a une micropuce, des photos ainsi que des informations sur son comportement.

Avec tout ça, PetScreening évalue les risques que comporte l’animal de compagnie pour la location de l’appartement et envoie les informations aux propriétaires. 

Pour inscrire son meilleur ami à quatre pattes, il faut débourser 20$ pour la première inscription puis 15$ pour chaque animal supplémentaire. Les propriétaires n’ont rien à payer pour consulter votre profil, indique le site web de l'entreprise. 

À quoi ressemble la cote?  

Après analyse des moult informations concernant l’animal inscrit, la bête obtient finalement son score «FIDO», qui va d’une patte (très mauvaise cote) à cinq pattes (très bonne cote). 

Par exemple, les animaux à petite cage (oiseaux, hamsters, lapins, serpents, etc.) et les aquariums jusqu’à 10 gallons recevront une note de cinq pattes. Les grandes cages et les bassins à poissons de plus de 10 gallons se verront attribuer un score de patte de quatre. 

• À lire aussi: Crise du logement: «l'impact d'Airbnb est évident»

• À lire aussi: Non-paiement de loyer: des propriétaires veulent pouvoir expulser des locataires au 1er jour de retard

Selon le score, les propriétaires d’immeubles à logements peuvent alors définir une échelle de prix pour que le locataire candidat ait l’appartement; plus le chien est «risqué», plus le loyer risque d'être élevé.

De 15 à 55$ par mois... par animal  

Si l’animal est accepté, le locataire devra donner un dépôt de garantie de 250$ au propriétaire, et ce, par bête approuvée.

Ce n’est pas tout! Les frais mensuels peuvent varier, selon le score FIDO, allant de 15 à 55$, par animal. Les frais d’administration mensuels varient de 15$ à 55$ par mois, par animal approuvé.

Tous les scores de deux pattes ou moins nécessiteront un dépôt de garantie supplémentaire de 500$ par animal approuvé. Les races restreintes se verront attribuer un faible score de patte, comme les pitbulls. Idem pour les animaux de moins d’un an.

– Avec les informations de The Curbed

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.