/news/health
Navigation

Cancer du poumon: Dépister plus tôt pour sauver les malades

GEN - NICOLE EZER DRE
Photo Martin Alarie La Dre Nicole Ezer devant un appareil de tomodensitométrie (CT-Scan). Les patients doivent passer cet examen pour être dépistés, car les radiographies ne permettent souvent pas de détecter le cancer du poumon.

Coup d'oeil sur cet article

Plus des deux tiers des cancers du poumon sont diagnostiqués trop tard au Québec, laissant seulement aux patients quelques années à vivre. Mais des médecins s’affairent à renverser cette tendance en dépistant les tumeurs plus tôt.

• À lire aussi: Cancer du poumon: Sitôt opérés sitôt rentrés à la maison

• À lire aussi: Cancer du poumon: Le vapotage n’est guère mieux

• À lire aussi: Tous ses amis fauchés par le cancer du poumon

• À lire aussi: Cancer du poumon: Particulièrement mortel et sournois

Déjà, un peu plus de 2300 Québécois ont participé à la première année du projet pilote de dépistage précoce du cancer du poumon, lancé en juin 2021.

De ce nombre, 92 patients ont été orientés vers des suivis en oncologie et 13 patients ont reçu un diagnostic de cancer du poumon et ont été opérés. 

Un nombre que le ministère de la Santé et des Services sociaux s’attend à voir à la hausse dans les prochains mois, alors que les hôpitaux participants lui fourniront plus de données.

« On veut inverser complètement la situation », souffle la pneumologue Nicole Ezer, directrice du programme de dépistage au Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

L’objectif est que 70 % des cancers du poumon soient détectés tout au début, plutôt que seulement 30 %, comme c’est le cas actuellement. 

Cancer plus petit

« Quand le cancer est plus petit, il est plus facile à enlever [...] Et une fois enlevé, c’est guéri », souligne-t-elle.

En ce moment, c’est l’inverse au Québec, où 70 % des cancers sont trouvés à un stade avancé. 

« Et tout ce qu’on peut faire, c’est donner plus de temps », se désole la pneumologue de Sherbrooke, la Dre Nicole Bouchard.

Si le cancer du poumon est si sournois, c’est qu’il y a très peu de symptômes à l’apparition d’une tumeur. Et ils se font surtout ressentir lorsque les métastases commencent à se répandre à d’autres organes. 

Mais pour trouver un cancer du poumon tôt, une radiographie ne suffit pas. Il faut passer un examen de tomodensitométrie (CT-Scan).

Projet pilote

Ces examens ne sont pas prescrits par les médecins sans symptômes importants. Mais avec le nouveau projet pilote, les fumeurs ou ex-fumeurs âgés de 55 à 74 ans y ont accès. 

« Les gens qui ont l’âge de Mike Bossy et Guy Lafleur [récemment décédés d’un cancer du poumon] sont exactement dans la catégorie d’âge de gens qu’on dépiste, car c’est avec le temps qu’on développe un cancer », poursuit la Dre Ezer.

À long terme, les médecins espèrent que le dépistage précoce deviendra un examen annuel auprès des personnes à risque, comme pour les mammographies chez les femmes de 50 ans et plus. Le projet a un budget de 9 millions $ sur quatre ans.

Les Québécois souhaitant être dépistés peuvent s’informer sur quebec.ca/depistagepoumon ou au 1-844-656-4312

LE CANCER DU POUMON EN BREF

Le cancer du poumon est la principale cause de décès par cancer tant chez les hommes que chez les femmes au Canada. 

  • 13% des cancers diagnos-tiqués au pays, mais 25 % des décès par cancer. 
  • 81 Canadiens recevront en moyenne, chaque jour, un diagnostic de cancer du poumon et 58 Canadiens en mourront en moyenne, chaque jour. 
  • 22% le taux de survie net à cinq ans, ce qui est l’un des plus faibles de tous les types de cancer. En comparaison, le taux de survie après cinq ans est de 89 % pour le cancer du sein et 91 % pour le cancer de la prostate. 
  • 70 000$ en moyenne par patient, ce qui fait du cancer du poumon l’un des cancers les plus coûteux. 
  • 74% des cas de cancers du poumon sont liés au tabac, de loin la première cause. Suivent l’inactivité physique (11 %) le radon domestique (7 %) et la pollution atmosphérique (6 %).  

Source : Société canadienne du cancer

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.