/news/health
Navigation

Un «aimant» à cellules de tumeur du cerveau

Une Québécoise développe ce qui pourrait mener à un nouveau traitement

Laurence Déry recherche cerveau
Photo courtoisie La doctorante Laurence Déry a bon espoir de voir ses travaux déboucher sur un traitement applicable chez l’humain un jour.

Coup d'oeil sur cet article

Une nouvelle technologie agissant comme un aimant attirant les cellules cancéreuses, développée par des chercheurs de l’Université de Sherbrooke, pourrait mener à un nouveau traitement des tumeurs du cerveau.

La technologie appelée GlioTrap agit un peu comme un cheval de Troie pour traiter le glioblastome multiforme, le type de cancer du cerveau le plus commun.

Après une chirurgie pour retirer une tumeur principale, les chercheurs introduisent dans la cavité un gel chargé de molécules chimioattractives qui ont pour effet d’attirer les cellules cancéreuses. 

Le gel libère ensuite des doses de traitements de chimio et de radiothérapie à action lente qui ont pour mission de tuer les cellules.

« Dans nos premiers tests sur le rat, on insérait la tumeur dans l’hémisphère droit du cerveau, puis le gel dans celui de gauche, et on a observé une migration claire des cellules cancéreuses vers notre chimioattractant », explique Laurence Déry, qui a fait du projet son sujet de doctorat en science des radiations et imagerie biomédicale au département de médecine nucléaire de l’Université de Sherbrooke.

Idée à contre-courant

L’idée d’attirer les cellules est le point clé de cette technologie. 

Comme l’explique le codirecteur de recherche de Mme Déry, le Dr David Fortin, il y a plusieurs années que l’on sait que les cellules du glioblastome migrent à divers endroits du cerveau, compliquant les traitements. Des études montrent que certaines cellules peuvent même se déplacer d’un centimètre par jour. 

Or, la science s’était toujours entêtée à stopper le déplacement plutôt qu’à l’exploiter.

« Chaque fois qu’on présente le concept, la plupart des gens du milieu trouvent l’idée géniale, parce que c’est un peu naïf, un peu à l’encontre de ce qui se fait », explique le Dr Fortin, neurochirurgien et neuro-oncologue, une sommité dans le domaine.

« C’est un peu contre-intuitif parce qu’habituellement on essaie de bloquer le processus qui est nocif, mais là, on utilise ce potentiel de déplacement là pour attirer la cellule vers le traitement », précise Mme Déry, qui présente ses résultats au congrès de l’ACFAS, à Québec, cette semaine.

Données « emballantes »

L’équipe de chercheurs doit maintenant plancher sur les agents et les doses de chimio et de radiothérapie qui seront utilisés.

« Je crois que d’ici deux ans, on va pouvoir essayer d’aller dans un modèle animal plus gros et ultimement, avec plus de résultats étoffés, passer en essais cliniques », détaille Laurence Déry, emballée par les perspectives à la suite des premiers résultats, tout comme son directeur de recherche. 

« J’ai le feeling que ça va marcher. Les données préliminaires qu’on voit sont vraiment emballantes », se réjouit le Dr Fortin, optimiste.  

Glioblastome multiforme  

  • Type de tumeur au cerveau la plus courante et la plus agressive 
  • Environ 600 nouveaux cas par année au Québec, 1500 au Canada 
  • 3 cas par 100 000 personnes environ  

Taux de survie  

  • Début des années 2000 : 8-9 mois 
  • Aujourd’hui : 22 mois  

Source : Dr David Fortin, Université de Sherbrooke

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.