/opinion/faitesladifference
Navigation

Apprenons la patience à nos enfants

Coup d'oeil sur cet article

Le mot attendre signifie, entre autres « ne rien faire avant qu’une chose se produise ». J’enseigne en maternelle depuis de nombreuses années et je constate que cette capacité se perd de plus en plus chez les enfants. Autrement dit, l’impatience prend tellement de place dans les classes actuellement qu’il devient difficile de gérer les comportements qui en résultent.

Qui pourrait reprocher aux enfants leur empressement et leur difficulté à supporter l’attente ? On les stimule sans arrêt en leur imposant un horaire d’activités, on répond à leurs moindres désirs avant même qu’ils les formulent, on consulte nos cellulaires à la moindre occasion et on fait de même avec nos enfants en les branchant sur des écrans aussitôt qu’un temps mort se présente.

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Trop long chez le médecin ou trop d’attente à l’épicerie ? Vite, vite, on leur procure un cellulaire pour qu’ils se calment. Comment peuvent-ils apprendre à se contrôler et à tolérer les frustrations si nous agissons ainsi ? Comment peuvent-ils développer leur sens de l’observation, leur concentration, leur tolérance et leur patience si les occasions d’attendre se font rares pour eux ?

Comportements perturbateurs

La capacité d’attendre peut paraître banale à première vue, mais elle influence plusieurs aspects de nos agissements. Dans une classe, l’impatience et l’intolérance génèrent plusieurs comportements perturbateurs. Un enfant qui tape un camarade parce qu’il se fait déranger, un autre qui se désorganise, car il doit attendre que tous les élèves s’habillent pour aller dehors ou qui perturbe la classe parce que je n’explique pas assez rapidement...

Devant l’impatience des enfants, les adultes ont tendance à les stimuler davantage pour éviter qu’ils se désorganisent. À mon avis, cette réaction amplifie les comportements perturbateurs plutôt que de les régler.

En fait, on applique un pansement sur le problème sans prendre le temps de le soigner. À titre d’exemple, j’ai observé des pédagogues présenter des vidéos aux élèves sur un tableau intelligent pendant le dîner ou à la collation pour les divertir pendant que les autres terminaient de manger. Il faut dire que ce type d’intervention représente parfois un mode de survie.

Effectivement, comment gérer plusieurs comportements perturbateurs si l’enfant n’a pas développé l’habitude d’attendre dès son jeune âge ? Notre rôle de parents et d’éducateurs consiste non pas à les occuper sans arrêt, mais bien à leur enseigner des règles de vie qui contribuent au bien-être collectif.

D’ailleurs, j’ai l’impression que les enfants éprouvent de la difficulté à s’adapter au rythme d’une classe. Ils papillonnent d’un jeu à l’autre comme lorsqu’ils visionnent des vidéos sur internet. Une tâche trop longue ou trop ardue ? Ils passent à autre chose. Ils se lassent vite, car ils veulent tout obtenir instantanément.

Un guide

Pourquoi développer l’aptitude à « ne rien faire avant qu’une chose se produise ? » Pour se maîtriser, se concentrer, patienter, attendre son tour, prendre conscience de son environnement et tolérer les frustrations. Des aptitudes essentielles au bon fonctionnement de la vie en société.

N’oublions jamais que les enfants nous imitent constamment. Modifions nos comportements afin qu’ils puissent s’améliorer. Impossible pour eux d’y arriver seuls. Ils ont besoin d’un guide qui leur montrera le chemin. Ce guide, c’est nous !

Photo d'Archives Pierre-Paul Poulin

Véronique Dalpé
Enseignante à Pointe-Calumet

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.