/sports/racing
Navigation

«Gilles aurait été champion du monde en 1982» – Alexandre Tagliani

Gilles Villeneuve
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

À l’échelle internationale, aucun sportif québécois n’avait la renommée de Gilles Villeneuve lorsque le pilote de Formule 1 a perdu la vie lors du Grand Prix de Belgique, le 8 mai 1982. La tragédie a secoué la province en entier et tout le monde qui l’a vécue se souvient précisément des détails entourant son accident tragique, survenu il y a exactement 40 ans.


Plusieurs de nos intervenants ont associé Gilles Villeneuve et Ayrton Senna, deux pilotes qui ont marqué l’histoire de la F1. Alexandre Tagliani est l’un d’eux. 

• À lire aussi: Gilles Villeneuve, 40 ans déjà: un premier appel à Georgette et Séville

• À lire aussi: Mon nom est Gilles Villeneuve... alias Lucien Gravel

• À lire aussi: Gilles Villeneuve, 40 ans déjà: le drame à Zolder

« Ces pilotes, de faire savoir celui qui, la semaine prochaine, va entreprendre une autre saison dans la série canadienne NASCAR Pinty’s, ont été mes idoles pour deux raisons : ils n’étaient pas en F1 pour jouer à la vedette et ils s’adonnaient à fond à leur passion.  

Du Centre TAG-E Karting, à Sainte-Thérèse, Alex Tagliani s’est souvenu de Gilles Villeneuve.
Photo Martin Alarie
Du Centre TAG-E Karting, à Sainte-Thérèse, Alex Tagliani s’est souvenu de Gilles Villeneuve.

« C’est étrange et malheureux que les deux aient connu le même destin tragique. Dans le cas de Gilles, il aurait été champion du monde en 1982, car il avait la voiture pour exprimer tout son talent. 

« Quand il a gagné ses six victoires en F1, ce n’est pas la Ferrari qui a gagné. C’est Gilles. » 

Considéré par plusieurs comme le plus grand pilote de tous les temps, le Brésilien Senna s’est tué le 1er mai 1994 au circuit d’Imola, en Italie. 

Le goût de faire comme Gilles

Patrick Carpentier a versé une larme quand il a appris le décès de Gilles Villeneuve. 

« J’avais 11 ans et ç’a été un choc pour moi. C’est là que j’ai délaissé le patinage de vitesse pour faire du karting. On aurait pu croire que cet accident me démotiverait, mais au contraire, j’ai eu le goût de faire de la course comme lui. » 

Carpentier nous a raconté que Jacques, son père, avait affronté Villeneuve en compétitions de motoneige. 

« Il me disait que Gilles était un adversaire redoutable, de dire Patrick. Une fois, il avait réussi à le battre, ce qui avait fait la manchette dans Le Journal de Montréal. » 

Carpentier, aujourd’hui analyste à RDS, a toujours pensé que ces pilotes d’exception étaient toujours à l’abri d’un accident fatal, tellement ils étaient talentueux. 

« Mais ça peut mal tourner », d’affirmer celui qui avait deux idoles, les mêmes que Tagliani : Villeneuve et Ayrton Senna.  

Carpentier n’a pu s’empêcher de penser à son ancien coéquipier Greg Moore pendant notre entrevue. Le pilote canadien a perdu la vie au circuit de Fontana, en Californie, en 1999. 

« C’était notre dernière course de la saison, se souvient-il. On a passé l’hiver à se rappeler de cet accident. Ça te fait réaliser que ce sport est dangereux. » 

La vie fait encore mieux que le gars des vues 

Bertrand Godin, lui, avait 15 ans quand Villeneuve est mort.  

« Après sa première victoire en F1, en 1978, fait-il remarquer, je me suis dit que j’aimerais tellement vivre ce genre d’émotions. » 

Le pilote québécois, analyste de la Formule électrique à TVA Sports, se souvient très bien de sa réaction après avoir gagné la course de Formule Atlantique à Montréal, 19 ans après l’exploit de son idole. 

« Quand j’ai franchi le fil d’arrivée, a raconté Godin, je n’ai pas pensé à la victoire, mais plutôt à Gilles. Pour moi, un héros n’a pas le droit de mourir. Mais en même temps, il est devenu immortel. 

« Des gens pensent encore que cette course en 1978 à Montréal était arrangée avec le gars des vues. Mais des fois, la vie fait encore mieux que le gars des vues. »  

« Gilles était le genre de pilote qu’on ne voit plus aujourd’hui »  

– Richard Spénard, son ancien coéquipier en Formule Atlantique

L’ancien pilote Richard Spénard, photographié au Centre Tag-E karting à ­­Sainte-Thérèse.
Photo Martin Alarie
L’ancien pilote Richard Spénard, photographié au Centre Tag-E karting à ­­Sainte-Thérèse.

Après avoir appris que Gilles Villeneuve avait été victime d’un grave accident, Richard Spénard ne le croyait pas sur le coup. Mais en visionnant l’accident à la télévision, il s’est bien rendu compte que c’était très grave et que ses chances de s’en sortir étaient minces. 

L’annonce de sa mort est venue quelques heures plus tard. 

« Ç’a été un choc, de dire cet ancien pilote réputé. C’était notre Québécois, notre ami et notre vedette, de rappeler celui qui a eu le privilège d’avoir été son coéquipier en Formule Atlantique. Ce qui est déplorable, c’est qu’il est décédé avant d’être champion du monde, car il l’aurait été plusieurs fois, j’en suis convaincu.  

« Il était un phénomène, poursuit-il, non seulement rapide, mais aussi très spectaculaire. Gilles était le genre de pilote qu’on ne voit plus aujourd’hui. Combien de photos
voit-on de lui en dérapage ? Je ne suis pas surpris qu’on parle encore de lui 40 ans plus tard. Ça démontre quel personnage il était. » 

Le mauvais souvenir de Moore 

Spénard, alors associé à l’écurie Player’s, a vécu un drame semblable en 1999 quand le Canadien Greg Moore s’est tué en série CART au circuit de Fontana, en Californie. Les images de son embardée fatale sont tout aussi terrifiantes. 

« J’étais sur place à Fontana et j’en ai encore des frissons à y penser. Comme dans le cas de Gilles, Greg se sentait invincible. En raison d’une blessure à un poignet, il n’avait pas participé aux essais et il s’était élancé dernier sur la grille de départ. 

« Pour lui, ce n’était pas une course, c’était un spectacle. Il voulait remonter le peloton le plus rapidement possible. Et quand tu fais un spectacle en course automobile, tu prends des risques. Et souvent, sur des circuits ovales aussi rapides que Fontana, ça peut se terminer très mal. 

« Greg a fait à sa tête et il en a payé le prix », de conclure Spénard.   

Le vrai... cauchemar de Michel Barrette  

Malgré l’accident qui a coûté la vie à Gilles Villeneuve, Michel Barrette n’aurait jamais refusé une offre de faire de la course automobile son métier. 

« Ç’a toujours été mon rêve, déclare-t-il. Je cours depuis des années parce que je suis passionné et que j’adore ça. Le risque fait partie du plaisir, sinon tu fais autre chose. Je pourrais citer Alexandre Tagliani, qui aurait pu arrêter après son terrible accident l’impliquant avec Alex Zanardi. Mais il a poursuivi sa carrière. 

« Posez la question à tout pilote, sa réponse sera la même. On ne veut pas se faire mal, mais on accepte le risque. Ça ajoute à l’adrénaline. » 

L’humoriste nous a expliqué comment il a vécu cette triste journée du 8 mai 1982. 

« J’étais dans mon appartement à Alma avec ma blonde de l’époque. Mon radio-réveil était programmé pour une certaine heure. Mais ce n’était pas une sonnerie, mais la voix d’un animateur de radio. Le volume était bas et ça m’a réveillé à moitié. 

« C’est à ce moment que j’ai dit à ma conjointe que j’avais fait un cauchemar. Que Gilles Villeneuve avait un gros accident et qu’il n’avait pas survécu. 

« Finalement, a-t-il enchaîné, on s’est levés et j’ai allumé la télé. C’est là que j’ai appris la terrible nouvelle. Pour m’apercevoir dans le fond que ce cauchemar en était un pour vrai. » 

Comme Dean et Presley 

Quarante ans plus tard, Barrette n’est pas surpris qu’on parle encore de Gilles Villeneuve.  

« Parce que, dit-il, on parle encore de James Dean et d’Elvis Presley. Ce sont des légendes dans leur spécialité respective. Des gens plus grands que nature. Chez nous et en Italie, Villeneuve était un demi-dieu. » 

Si le pilote québécois, mort à 32 ans, était de ce monde, il attirerait encore les foules, selon Barrette.  

« Villeneuve réapparaît aujourd’hui, prétend-il, et des milliers de personnes, croyez-moi, se déplaceraient pour aller le voir et le toucher. Comme Ayrton Senna, il était un être d’exception. Sa mort a simplement amplifié sa légende. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.