/misc
Navigation

Tuer des généraux russes par «empreintes vocales»

Une base d’écoute du réseau Échelon.
Source: Wikipédia Une base d’écoute du réseau Échelon.

Coup d'oeil sur cet article

Le New York Times révélait mercredi que les États-Unis avaient aidé l’Ukraine à tuer des généraux russes. Interrogé à ce sujet, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré que les Américains «ne fournissent pas de renseignements sur l'emplacement des hauts responsables militaires sur le champ de bataille et ne participent pas aux décisions de ciblage de l'armée ukrainienne».  

Il ajoutait que l’Ukraine intégrait les informations obtenues des Américains aux siennes «pour prendre ses propres décisions et ses propres mesures». C’était plus une confirmation de collaboration qu’un démenti. 

À l’écoute de toute la planète

Les Ukrainiens obtiennent, c’est certain, des renseignements opérationnels du réseau d’espionnage électronique Five Eyes des cinq pays anglo-saxons (États-Unis, Grande-Bretagne, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande), lequel surveille les réseaux de télécommunications de la planète entière. 

Le Centre de la sécurité des télécommunications Canada (CSTC), l’organe d’espionnage électronique d’Ottawa, fait partie de Five Eyes, parfois aussi connu sous le nom de code «ÉCHELON». 

Five Eyes a non seulement les moyens d’intercepter les communications orales, mais aussi d’identifier les intervenants par la technologie d’«empreinte vocale» développée à Montréal. 

Le CRIM et ÉCHELON 

Le Parlement européen a publié au tournant des années 2000 un rapport dans lequel on apprenait que la technologie de l’empreinte vocale avait été développée par le Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM). Elle permet d’identifier la voix d’un interlocuteur parmi les milliards de conversations qui circulent sur les réseaux de télécommunications mondiaux.

Five Eyes possède dans ses banques de données les empreintes vocales d’un très grand nombre de «sujets d’intérêt» – des généraux russes, par exemple – et peut donc écouter leurs conversations et les localiser.

Les Américains n’ont peut-être pas participé directement au ciblage des généraux russes tués par des frappes ukrainiennes, mais ils ont sans doute fourni aux Ukrainiens les logiciels nécessaires pour les identifier et les localiser.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.