/sports/racing
Navigation

Verstappen résiste à Leclerc

Le pilote de l’écurie Red Bull remporte le premier Grand Prix de Miami

FOR-MOT-SPO-F1-GRAND-PRIX-OF-MIAMI
Photo AFP Légende des Dolphins de Miami, l’ex-quart-arrière étoile Dan Marino a présenté un casque de football à Max Verstappen.

Coup d'oeil sur cet article

MIAMI | Après s’être élancé de la troisième place sur la grille de départ, Max Verstappen a doublé les deux Ferrari en début de course pour remporter dimanche l’édition inaugurale du Grand Prix de Formule 1 de Miami.

• À lire aussi: Grand Prix de Miami: comme le Super Bowl de la F1

• À lire aussi: Une histoire de bijoux et de... caleçons

• À lire aussi: «Gilles aurait été champion du monde en 1982» – Alexandre Tagliani

Ce qui se dessinait comme une promenade du dimanche pour le pilote néerlandais s’est transformé en un duel plus musclé avec Charles Leclerc, détenteur de la position de tête, après l’intervention de la voiture de sécurité au 41e tour suite à un accident impliquant le Britannique Lando Norris (McLaren) et le Français Pierre Gasly (AlphaTauri).

Mais le champion en titre de la F1 a su contenir, au volant de sa Red Bull, la menace du Monégasque, qui lui a concédé un peu plus de trois secondes quand le drapeau à damier a été agité. 

L’Espagnol Carlos Sainz, second sur la grille de départ et coéquipier de Leclerc chez Ferrari, a accompagné les deux principaux animateurs de la course sur le podium.

Un point inespéré pour Stroll

Quant à Lance Stroll, il s’est initialement contenté du 11e rang à bord de son Aston Martin après une séance de qualifications encourageante où il s’était classé dixième la veille. 

Mais, à la suite d’une pénalité de cinq secondes imposée à Fernando Alonso, jugé responsable d’un accrochage avec Gasly, le Québécois grimpe au dixième échelon et récolte un point inespéré.

Le tout avait mal commencé quand, tout comme son coéquipier Sebastian Vettel, Stroll a été contraint d’entreprendre la course depuis la sortie des puits, après qu’on eut découvert, avant le départ, que la température du carburant était trop froide pour respecter la norme minimale imposée par la F1.

Vettel, lui, a été contraint à l’abandon, après un accrochage avec Mick Schumacher à deux tours du baisser de rideau.

Russell devant Hamilton

Partenaire de Verstappen chez Red Bull, le Mexicain Sergio Pérez s’est classé quatrième. Au profit d’un dépassement audacieux aux dépens de son coéquipier Lewis Hamilton à quelques tours de la fin, George Russell a rallié l’arrivée à la cinquième place à bord de sa Mercedes. 

Valtteri Bottas (Alfa Romeo), Esteban Ocon (Alpine), pourtant parti dernier après un accident survenu samedi aux essais libres, et Alexander Albon (Williams) ont suivi dans l’ordre.

Nicholas Latifi, coéquipier du Thaïlandais chez Williams, a connu une autre sortie difficile en terminant au 14e rang. 

Le Canadien est toujours à la recherche d’un premier point en 2022, tout comme Mick Schumacher qui a placé sa Haas immédiatement derrière lui à la conclusion de la course.

Dix-neuf points d’écart

En accumulant le maximum de points (26), dont l’un pour avoir inscrit le tour le plus rapide en course, Verstappen s’est rapproché à 19 points de Leclerc, meneur au championnat depuis le début de la saison.

« Cette course a été très éprouvante en raison de la chaleur et de la complexité du circuit, a dit le premier gagnant du Grand Prix de Miami. Mais on ne peut avoir une meilleure récompense que celle de gagner. Somme toute, c’est un dimanche réussi pour nous. »

Leclerc n’a pas caché une légère déception quand il a décrit sa course.

« La voiture n’était pas aussi performante chaussée de pneus médiums, surtout lors du premier relais et Max m’a dépassé, a-t-il raconté. Dès lors, il m’a rendu la tâche difficile.

« Puis, en fin de course, la voiture s’est bien comportée avec les gommes dures et je pensais avoir une chance de me rapprocher de lui, mais en vain. »

À Barcelone et à Monaco

Tout se dessine pour une lutte au titre opposant Verstappen et Leclerc en 2022.

« On doit continuer à travailler, a dit le pilote de la Scuderia. On va apporter certains changements avant d’aborder la prochaine épreuve et j’espère que l’on pourra progresser. Mais la lutte sera serrée, mais c’est ce qu’on aime voir. »

Le prochain épisode de la discussion aura lieu à Barcelone, en Espagne, le 22 mai, après quoi Leclerc va courir devant son public à Monaco, dès la semaine suivante. 

« Un gâchis du début à la fin »

Une course frustrante pour Stroll à Miami

FOR-MOT-SPO-F1-GRAND-PRIX-OF-MIAMI
Photo AFP

 

L’écurie Aston Martin a beau avoir récolté un point inespéré à la suite de la pénalité imposée à Fernando Alonso, ce premier Grand Prix de Formule 1 disputé à Miami n’aura été qu’un enchaînement de déboires pour ses deux pilotes.

Ce point, il appartient à Lance Stroll, classé initialement au 11e rang, mais promu à la dixième place.

« Notre journée a mal commencé quand on n’a pas été en mesure de rejoindre les autres voitures sur la grille de départ », a commenté le Québécois avant même de savoir qu’un point serait inscrit à sa fiche quelques heures plus tard.

« Nous devons oublier cette course, a-t-il renchéri, et passer à la prochaine. C’était un gâchis du début à la fin et je n’ai pas grand-chose à dire si ce n’est qu’un contact avec Kevin Magnussen [Haas] n’a pas aidé ma cause... »

Rappelons que les deux monoplaces vertes ont dû s’élancer de la zone des puits de ravitaillement parce que la température du carburant était étrangement trop froide et non conforme à la réglementation.

Abandon pour Vettel

Vettel, lui, souhaitait revoir la séquence vidéo avant de porter un jugement sur son accrochage avec Mick Schumacher, qui a signifié son abandon à deux tours de la fin de l’épreuve.

« C’est dommage de terminer de cette façon, a dit le quadruple champion du monde, et de ne pas être en mesure de récolter des points précieux. Notre rythme était pourtant satisfaisant. »

Gasly en veut à Alonso

Une place parmi les sept premiers était à sa portée au volant de son AlphaTauri, mais Pierre Gasly n’a finalement jamais vu le drapeau à damier à Miami.

« Ce n’est pas compliqué, a affirmé le pilote français, Alonso a ruiné ma course. Il m’a touché et ma voiture a été endommagée. Tellement que ça ne valait plus la peine de continuer. »

Le comportement de l’Espagnol n’a pas échappé au regard des commissaires du Grand Prix de Miami qui lui ont imposé une pénalité de cinq secondes quelques heures après la conclusion de la course.

« Honnêtement, on méritait de récolter quelques points, a prétendu Gasly, mais Alonso en a décidé autrement... »

Cette sanction portée au dossier du pilote de l’écurie Alpine fait le bonheur du Thaïlandais Alexander Albon, qui quitte le sud de la Floride avec non pas un point au compteur, mais bien deux.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.