/opinion/faitesladifference
Navigation

S’engager pour les familles, l’affaire de tous

Family Having Picnic In Countryside
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Il faut le reconnaître, au cours de ces deux dernières années marquées par la pandémie, les familles ont toutes connu leur lot de défis et ce, à géométrie variable. Cela aura d’ailleurs permis de mettre en lumière toute la précarité des institutions censées veiller à leur bien-être et à leur épanouissement, entraînant des conséquences bien réelles et visibles.

Les réseaux de soutien sont épuisés, les parents aussi, les personnes aînées sont davantage isolées et les enfants en font les frais.

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Des priorités

Maintenant qu’une nouvelle normalité prend place, nous amorçons avec enthousiasme la Semaine québécoise des familles sous le thème de l’engagement : 

  • Pour s’ouvrir à la diversité des réalités familiales et considérer que les besoins des familles sont en constante évolution ; 
  • Pour reconnaître la place que devraient occuper les familles dans les politiques publiques québécoises ; 
  • Pour reconnaître que la charge financière qui incombe aux familles doit être partagée collectivement, à travers des programmes et politiques publiques adaptés à leur réalité ; 
  • Pour avoir une meilleure conciliation entre la vie familiale et professionnelle, en faisant la promotion d’un sain équilibre entre ces deux sphères de vie ; 
  • Pour travailler de concert afin de soutenir les personnes proches aidantes à la hauteur de l’inestimable contribution qu’elles apportent à notre société ; 
  • Pour faire du Québec un exemple à suivre en matière de soutien aux familles, guidé par l’entraide, l’équité et la bienveillance.  

Une nouvelle définition de la famille

Au cours des 50 dernières années, le concept de la famille a largement évolué. Parents mariés ou divorcés, conjoints de fait, familles reconstituées, parents de même sexe, cohabitation bigénérationnelle, adoption à l’international, etc., toutes ces mutations de la famille québécoise nous incitent à faire preuve d’ouverture et de bienveillance.

Un fort bel exemple est la création de la Journée nationale des beaux-parents en 2021 par Valérie Roberts en collaboration avec le Réseau pour un Québec Famille, Journée qui sera célébrée cette année au dernier jour de la Semaine québécoise des familles, soit le 15 mai prochain. Cette reconnaissance de la belle-parentalité permet de souligner le lien des enfants avec leurs beaux-parents et le rôle significatif que ceux-ci peuvent aussi jouer dans leur vie et dans leur éducation.

La définition de la famille a changé au fil des années, mais il y a une constante qui demeure : la contribution des familles en matière d’entraide et d’éducation bénéficie à toute la société.

Voilà pourquoi notre ambition est grande : en aidant les familles à jouer pleinement leur rôle, c’est nous tous que nous aidons. Nous invitons l’ensemble de la société québécoise à s’engager pour améliorer le bien-être des familles afin de les soutenir dans les défis de l’après-pandémie.

Family Having Picnic In Countryside
Photo courtoisie

Corinne Vachon Croteau, directrice générale du Réseau pour un Québec famille

Family Having Picnic In Countryside
Photo courtoisie

Valérie Roberts, porte-parole de la Semaine québécoise des familles

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.