/entertainment
Navigation

Clémence DesRochers: une grande impatiente

Porte-parole des Impatients, Clémence DesRochers endosse la mission de cet organisme d’aide en santé mentale

GEN-Coup d’envoi du 30 iem anniversaire de Les Impatients à Montréal.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Clémence DesRochers lors de l’exposition-célébration des 30 ans des Impatients.

Coup d'oeil sur cet article

Clémence DesRochers est toujours aussi comique, intéressante et dotée d’un sens de la répartie légendaire. Si la grande dame de 88 ans dit « avoir fini de fournir le spectacle », nul doute que ce sont ses années de scène, de créations et de rires qui lui ont permis de garder son cœur jeune. 

La pandémie, Clémence DesRochers explique ne pas l’avoir si mal vécue, tout compte fait, tranquille en couple dans sa maison de campagne des Cantons-de-l’Est. Bien sûr, les soupers entre amis lui ont manqué, mais le dessin et l’écriture ont comblé les absences liées au confinement. 

Ce n’est pas la première fois que l’art lui aura servi de baume adoucissant les moments difficiles. « Ça a été ma vie, au fond, confie la porte-parole des Impatients. En étant sur scène, je pouvais être ailleurs que dans ma tristesse. »

Les Impatients – qui ont célébré par le biais de l’exposition Enchanté.e ! leur trentième anniversaire le 5 mai dernier – est un organisme qui a pour mission de venir en aide aux personnes ayant des problèmes de santé mentale, par le biais de l’expression artistique.

Touchée 

Qu’on lui demande d’en être porte-parole a touché l’humoriste et comédienne, qui a d’abord fait partie du groupe Les Femmeuses, qui présentait des expositions d’artistes féminines. 

« Sortir les gens de la grande solitude à travers des ateliers de musique, de danse et de la création d’objets, tout cela me rejoint, dit celle qui – en toute humilité, insiste-t-elle – a tenu à leur envoyer de ses propres dessins. Par la création, on peut se sortir de cette difficulté à vivre, on sort d’un état d’âme et d’une réalité trop lourde. »

La preuve de l’efficacité des Impatients : Clémence s’y est fait un ami et correspondant dans la trentaine, un jeune homme Asperger, doué en peinture, qui a beaucoup évolué à travers les écrits partagés avec la grande dame de l’humour. Assez pour écrire un livre intitulé Clémence et moi, dont les profits sont versés à la cause.

Belle carrière

Humouriste, actrice, chanteuse, poète, scénariste, peintre, Clémence DesRochers a vécu plusieurs vies artistiques. À la télé, elle a joué dans la première mouture du téléroman La Famille Plouffe. Les plus vieux se souviennent d’elle dans Grujot et Délicat et Quelle famille ! Au cinéma, on l’a vu récemment dans La grande séduction

Dans sa longue carrière, elle a créé plusieurs spectacles d’humour et raconté « la vie de factrie ». Dans un recueil, elle a rendu hommage à son père et poète Alfred DesRochers. Elle a écrit et chanté Je ferai un jardin, une des plus belles chansons du répertoire québécois.

Cette carrière bien remplie lui a valu la médaille de Chevalier de l’Ordre National du Québec en 2001. Après avoir fait ses adieux à la scène en 2008, elle a reçu le Prix de la Gouverneure Générale pour les arts de la scène de la réalisation artistique en 2009.

« Je ne fais plus de spectacles de scène, explique l’artiste lorsqu’on lui demande quels sont ses prochains projets. Je suis rendue à un point de ma vie où je suis citée et où je suis parfois honorée. Il y a aussi un livre sur ma vie qui s’en vient. »


Tirée de la Collection Les Impatients, l’exposition Enchanté.e ! Regard sur trente ans de création et d’espoir est présentée au 1700 La Poste (rue Notre-Dame Ouest à Montréal) jusqu’au 19 juin.

Le carnet culturel de Clémence  

À 88 ans, Clémence DesRochers demeure intéressée par la culture. Voici les cinq derniers éléments qui ont meublé ses loisirs.

Dernier livre lu ?

« Un livre sur le peintre anglais David Hockney, un homme à connaître, et le roman Madame Hayat d’Ahmet Altan [Prix Femina étranger 2021], que j’ai adoré. » 

Dernier film regardé ? 

« Le documentaire Wonder Boy qui relate l’histoire du directeur artistique de la maison de couture Balmain. Il est question de son œuvre, mais aussi de sa vie, alors qu’il est à la recherche de ses parents biologiques. » 

Dernier album écouté ? 

« J’écoute beaucoup de musique classique quand je dessine, et je dessine beaucoup depuis quelque temps. J’aime notamment le pianiste Glenn Gould et la musique de Bach jouée par Alexandre Tharaud. »

Dernière chose écrite ? 

« J’écris des lettres manuscrites que j’envoie à un ami. J’aime aller à la poste. Je mets plusieurs lettres écrites pendant la semaine dans une même enveloppe, sinon cela me coûterait cher de timbres. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.