/opinion/faitesladifference
Navigation

Accès à la propriété: le rêve brisé d’une génération

GEN-VENTE-IMMOBILIER
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Posséder sa propre maison, être propriétaire de son logement c’est pour beaucoup d’entre nous un rêve réalisé à coups d’efforts et de sacrifices. En 2022, la réalité en est toute autre pour cette nouvelle génération qui souhaite devenir premier acquéreur.  

Sans contredit, la crise du logement, la surchauffe du marché immobilier, l’augmentation des coûts des matériaux et la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur de la construction contribuent à faire grimper le prix des propriétés et, par conséquent, rendent difficile, voire impossible, l’achat d’une première maison pour les jeunes familles québécoises. 

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Aider les premiers acheteurs

Actuellement, le prix médian d’une maison unifamiliale au Québec étant de 415 000$, un acheteur qui souhaiterait faire une mise de fond de 20% devrait débourser un montant de 83 000$ !!! Le principal frein est évidemment la mise de fond, ce pourquoi partout ailleurs au Canada des mesures, des programmes, sont mis en place pour aider les premiers acheteurs et aussi pour refroidir le marché. Clairement, il revient aux divers paliers de gouvernement de mettre en place des mesures afin de remédier à cette triste réalité. 

Depuis des mois, je questionne, j’interpelle, je talonne le gouvernement de la CAQ pour qu’il agisse rapidement dans ce dossier. Les ministres des Finances et de l’Habitation demeurent insensibles et font la sourde oreille invoquant que le marché va « s’auto-réguler ». 

Avec la rigueur qu’on lui connaît, mon collègue Carlos Leitão mentionnait avec justesse cette semaine « qu’après une année quasi historique de mises en chantier, l’an dernier, avec 67 962 unités construites, les prévisions du marché indiquent que cette année, nous nous dirigeons vers un ralentissement significatif avec 55 000 unités seulement. En 2023, ce ne sont plus que 48 000 nouvelles unités que l’on prévoit construire. Ce sont des pas dans la mauvaise direction. Bien sûr, le défi est de maintenir des mises en chantier ayant pour but d’augmenter la disponibilité dans le marché. » 

Mesures concrètes

Le Parti libéral du Québec propose des mesures concrètes comme l’abolition de la taxe de bienvenue pour les premiers acheteurs, des assouplissements au Régime d’accès à la propriété et une politique pour encadrer les fameux « flips ». Nous sommes aussi conscients qu’il faut augmenter l’offre de logements abordables et sociaux. De son côté, le gouvernement caquiste demeure assis sur ses mains et laisse simplement le marché s’autocorriger. Il abandonne tout simplement la nouvelle génération sans broncher. 

Au Québec, nous devons faire preuve de leadership et d’audace, afin de redonner aux jeunes la possibilité d’accéder à la propriété. Nous n’avons pas à ressembler aux marchés inaccessibles de Vancouver et Toronto, nous sommes distincts. Malheureusement, aujourd’hui, à cause de l’inaction de la CAQ, il semble que nous nous dirigions dans une direction opposée et que ce rêve devienne de plus en plus, pour la jeune génération, une inaccessible étoile, pour reprendre les mots de Jacques Brel. 

GEN-VENTE-IMMOBILIER
Photo courtoisie

Marie-Claude Nichols, Députée de Vaudreuil et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’affaires municipales et d’habitation

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.