/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: impacts de la pandémie sur les interventions médicales

COVID-19: impacts de la pandémie sur les interventions médicales
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le temps d’attente pour les interventions chirurgicales et médicales est revenu à un niveau prépandémique, mais pas pour tous les types d’intervention. 

• À lire aussi: Cancer du poumon: Sitôt opérés sitôt rentrés à la maison

• À lire aussi: Chirurgie esthétique: des clients «botchés» toutes les semaines

• À lire aussi: Réforme en santé: de belles promesses, mais maintenant il faut livrer

En effet, alors que les chirurgies de la cataracte ont repris leur rythme dans la plupart des provinces, les personnes en attente d’un remplacement articulaire se butent à de longues listes d’attente, a révélé une récente étude réalisée par l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS). Or, cette situation n’est pas la même au Québec alors que la proportion de patients traités entre le mois d’octobre 2020 et le mois de décembre 2021 est demeuré inférieur au taux prépandémique.

Ce n’est pas un secret, de nombreuses chirurgies ont été reportées depuis le début de la pandémie afin de faire de la place aux patients atteints de la COVID-19. Ainsi, nombreuses sont les personnes en attente d’une arthroplastie de la hanche ou du genou qui doivent attendre plus longtemps.

«Nous discutons actuellement de la possibilité d’utiliser d’autres stratégies pour réduire les temps d’attente, qui se sont aggravés pendant la pandémie», a mentionné Lynn Molloy, gestionnaire des listes d’attente en chirurgie pour l’autorité sanitaire de la Nouvelle-Écosse.

Malgré tout, la pandémie aura eu peu d’incidence sur les délais pour les interventions jugées urgentes, a révélé l’étude de l’ICIS

«Tout au long de la pandémie, lors du report des interventions en raison de vagues de COVID-19, les systèmes de santé ont accordé la priorité au maintien des interventions urgentes comme les chirurgies du cancer, la radiothérapie et les réparations d’une fracture de la hanche», peut-on ainsi lire.

Pour réaliser cette étude, l’ICIS a analysé des données recueillies pendant la première année et demie de la pandémie, soit d’avril 2020 à septembre 2021.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.