/news/currentevents
Navigation

Trois fusillades en trois jours: Laval prend des airs de Far West

Un troisième événement impliquant des tirs en autant de jours dans le quartier Chomedey

Coup d'oeil sur cet article

Un trentenaire s’est fait tirer dessus depuis une voiture en plein après-midi, mardi, au beau milieu d’un quartier résidentiel de Laval, la troisième fusillade à terroriser des citoyens en autant de jours.

• À lire aussi: Deux jours en ligne de coups de feu à Laval

• À lire aussi: Son véhicule criblé de balles: un jeune homme tué en quittant une fête familiale

«Il y a des enfants en plein jour comme ça. N’importe qui pourrait passer quand ça tire. Ils ne sont pas conscients du danger», s’alarme Annabel Ramirez.

Peu après 13 h, des coups de feu ont retenti à un coin de rue de chez elle, sur la rue Normandin, dans le quartier Chomedey. Un homme de 33 ans connu des policiers a été blessé au pied, a indiqué Stéphanie Beshara, porte-parole du Service de police de Laval (SPL).

Les tirs provenaient d’un véhicule en mouvement en direction de la victime qui se trouvait sur la voie publique, a-t-elle ajouté.

Dimanche, boul. Curé-Labelle
Photo d'archives
Dimanche, boul. Curé-Labelle

Comme les gangs

Une fusillade au volant qui survient en plein jour est la signature des gangs de rue, selon Jean-François Rousselle, assistant-directeur au secteur des enquêtes criminelles au SPL.

«Il est trop tôt pour une conclusion, mais si on se fie à 2021, 75% des fusillades ont été associés aux conflits entre gangs», a-t-il précisé.

Depuis le début de l’année, 23 armes à feu ont été saisies sur le territoire de Laval. 

«Pour nous, c’est du jamais vu. À pareille date l’an dernier, on avait une dizaine d’armes à feu saisies. Il y en a beaucoup en circulation et on le constate sur le terrain», a dit M. Rousselle. 

Lundi, avenue Dumouchel
Photo d'archives
Lundi, avenue Dumouchel

Rayon de trois kilomètres

Un autobus scolaire déposait des élèves du primaire au moment où des policiers avaient érigé un périmètre de sécurité et recherchaient des indices, a constaté Le Journal. Aucun suspect n’avait été arrêté mardi.

Des citoyens se disent grandement inquiets d’autant plus que la fusillade qui a tué un homme de 28 ans et blessé trois autres personnes après une fête familiale dimanche, vers 1h du matin, s’est produite à moins de 350 mètres de là.

Puis lundi, des coups de feu ont été tirés aussi en plein jour, près d’une école primaire, à moins de trois kilomètres des deux autres événements.

Arrogance jamais vue

«Ça envoie le message que même une personne qui vit dans un quartier paisible, se mêle de ses affaires, n’a pas de fréquentations criminelles peut maintenant être victime [d’une fusillade]», a commenté André Gélinas, sergent-détective retraité de la police de Montréal.

Selon lui, les auteurs des violences par armes à feu «ont atteint un niveau d’arrogance et de détachement pour la vie humaine inusité».

«Ce n’est pas une situation qui est acceptable. Laval est une ville sécuritaire et je souhaite qu’elle le reste», a aussi souligné le maire Stéphane Boyer.

Toute personne qui aurait de l’information concernant ces événements ou une enquête en lien avec la violence par armes à feu peut communiquer de façon confidentielle à la Ligne Info-Police au 450 662-INFO (4636) ou composer le 911.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.