/world/africa
Navigation

Égypte: cinq militaires tués dans une nouvelle attaque djihadiste dans le Sinaï

Égypte: cinq militaires tués dans une nouvelle attaque djihadiste dans le Sinaï
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Cinq militaires égyptiens et sept djihadistes ont été tués mercredi à l'aube lors d'une nouvelle attaque dans la région du Sinaï (Est) en proie à une insurrection djihadiste, a rapporté l'armée égyptienne.  

«Un officier et quatre soldats ont été tués et deux autres soldats ont été blessés», a annoncé le porte-parole des forces armées dans un communiqué. 

Il s'agit de la deuxième attaque du genre en moins d'une semaine. 

Samedi déjà, l'armée avait fait état de onze militaires tués et cinq autres blessés en tentant de déjouer une attaque «terroriste» à proximité du canal de Suez dans le Sinaï. Le groupe djihadiste État islamique (EI) a revendiqué dimanche cette attaque via son organe de propagande Amaq. 

L'armée et la police ont lancé en février 2018 une vaste opération «antiterroriste» dans la péninsule du Sinaï où sévissent des cellules radicales dont certaines ayant fait allégeance à l'EI. Elles combattent également des insurgés radicaux dans le désert occidental, entre la vallée du Nil et la frontière avec la Libye. 

Dans le Sinaï, les attaques se concentrent particulièrement sur un point: les oléoducs et gazoducs qui approvisionnent Israël et la Jordanie.

Régulièrement, l'armée annonce avoir tué des djihadistes dans cette zone. Depuis le 7 mai, 23 djihadistes ont été tués selon l'armée. 

En tout, plus d'un millier de djihadistes et des dizaines de membres des forces de sécurité ont été tués, selon les chiffres officiels – mais aucun bilan de source indépendante n'est disponible et le Nord-Sinaï est interdit aux journalistes.

L'armée a annoncé cette attaque alors que le président Abdel Fattah al-Sissi rencontre au Caire le conseiller à la sécurité nationale américaine, Jake Sullivan. Les deux hommes ont abordé la «coopération dans le domaine de la lutte contre le terrorisme» entre les deux pays, a annoncé la présidence égyptienne dans un communiqué publié sur sa page Facebook.

Des attentats avaient eu lieu au Caire ces dernières années notamment en mai 2019, sur le site des pyramides de Guizeh faisant 17 blessés.

En août 2019, toujours au Caire, une vingtaine de personnes ont été tuées lorsqu'une voiture chargée d'explosifs avait percuté trois autres véhicules, provoquant une énorme explosion.

En avril 2020, un policier et sept membres d'une «cellule terroriste» ont été tués dans des échanges de tirs au Caire. Ces djihadistes s'apprêtaient, selon les autorités, à s'en prendre à des chrétiens pendant les célébrations de Pâques.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.