/sports/others
Navigation

Lauriane Genest plus confiante et plus mature

Sa médaille olympique à Tokyo lui procure une bonne dose de confiance

Lauriane Genest sera en action jeudi soir à l’occasion de l’épreuve du sprint par équipe en compagnie de Kelsey Mitchell et de Sarah Orban.
Photo d’archives Lauriane Genest sera en action jeudi soir à l’occasion de l’épreuve du sprint par équipe en compagnie de Kelsey Mitchell et de Sarah Orban.

Coup d'oeil sur cet article

Lauriane Genest est très heureuse de se produire à la maison pour la première fois depuis janvier 2020.

Médaillée de bronze à l’épreuve du keirin aux Jeux olympiques de Tokyo l’été dernier, Genest sera en action à compter de jeudi à l’occasion du coup d’envoi de la Coupe des nations de cyclisme sur piste à Milton en Ontario.

« J’ai peu oublié les sensations de courir à domicile, a raconté Genest qui avait remporté l’or au sprint par équipe en compagnie de Kelsey Mitchell à la Coupe du monde de Milton à sa dernière compétition en sol canadien. On sent que c’est notre piste et on se sent à la maison, mais le décor d’un événement international est tellement différent de ce qu’on vit sur une base quotidienne à l’entraînement. »

Genest est prête à rivaliser avec les meilleures. « Quand la tête est là, les jambes suivent, a-t-elle illustré. Nous avons réduit l’entraînement au retour de Glasgow et je ne sais pas dans quelle forme je vais être, mais je me sens bien. Je connais un super bon début de saison comme le démontre ma 3e place au keirin à Glasgow il y a deux semaines. Je suis contente de mon résultat, mais je vise toujours la plus haute marche du podium. »

Si ses meilleurs résultats dans les épreuves individuelles ont été enregistrés au keirin, la cycliste native de Saint-Damien de Bellechasse croit qu’elle peut bien faire aussi au sprint. « J’ai confiance de bien faire dans les deux épreuves. Ma confiance et de meilleurs instincts m’ont procuré du succès au keirin, mais je sais que je peux faire aussi bien au sprint. »

Plus grande maturité

Entraîneur de l’équipe canadienne de sprint, le Français Franck Durivaux note des changements importants chez Genest depuis sa médaille olympique. 

« Elle a beaucoup, beaucoup gagné en maturité dans son sport, a-t-il expliqué. Elle est aussi plus confiante. Elle possède plus de flèches à son arc. Son lancement sur 200 m est meilleur et elle gère mieux ses appréhensions lors des duels. »

« Lauriane est plus sereine qu’il y a quelques années, de poursuivre Durivaux qui a pris les rênes de l’équipe canadienne aux mondiaux de 2018. Elle choisit de meilleures stratégies et elle a beaucoup appris. Je crois qu’elle sera capable de capitaliser cette année sur ses nouveaux acquis. Elle réalise qu’elle est capable de répéter face aux meilleures de la planète. Ce sont des humains comme elle et elle sait qu’elle est capable de les battre. Les épreuves de la Coupe des nations ne sont qu’une étape en prévision des mondiaux et des Jeux olympiques, mais Lauriane doit rester en haut du peloton et démontrer à ses adversaires qu’elle peut leur causer des problèmes. »

Durivaux n’a aucune crainte sur les habiletés physiques de Genest. 

« Elle a terminé au 3e rang des qualifications au sprint à Glasgow et en 4e place au mondial l’an dernier à Roubaix, ce qui est énorme. Elle est présente physiquement, mais elle doit emmagasiner de l’expérience sur le plan tactique pour rivaliser avec les meilleures. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.