/news/health
Navigation

Élargissement de l’aide médicale à mourir avant l’été: Dubé demande la collaboration de l’opposition

Le ministre de la Santé, Christian Dubé
Photo Agence QMI, Joël Lemay Le ministre de la Santé, Christian Dubé

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre Christian Dubé juge possible d’adopter le projet de loi élargissant l’aide médicale à mourir avant l’été, mais il a besoin de la collaboration de l’opposition.  

• À lire aussi: COVID-19: Dubé et Blais continueront à porter le masque

Libéraux, péquistes et solidaires ont fait front commun la semaine dernière pour presser le gouvernement Legault de déposer au plus vite son projet législatif visant à étendre la portée de l’aide médicale à mourir aux personnes inaptes, comme celles souffrant d’Alzheimer. C’est ce que recommande le rapport de la commission transpartisane sur l’évolution de la Loi concernant les soins de fin de vie.  

Talonné jeudi par le député libéral David Birnbaum, le ministre de la Santé a assuré que le dossier «est sur le haut de la pile» de son bureau. En préparation, le projet de loi est sur le point d’être déposé aux comités ministériels, puis au Conseil des ministres de la CAQ, a-t-il ajouté.

Vous avez un scoop
à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse
jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au
1 800-63SCOOP.

«Il suit la procédure le plus rapidement possible. Et l'engagement que j'ai pris, d'ailleurs, je le redis devant tout le monde aujourd'hui, il va être déposé et avec un consensus de l'opposition, on est même capables de le voter avant la fin de la session. Alors, moi, je vous dis, on fait tout dans notre possible en ce moment pour être capables de déposer et de voter le projet de loi», a insisté Christian Dubé. 

Mais le temps presse puisque la session parlementaire prendra fin le 10 juin. Le ministre de la Santé pilote aussi trois autres projets de loi qui sont encore à l’étude en commission parlementaire.  

Les travaux transpartisans ont conclu qu’il fallait permettre aux personnes souffrant d’Alzheimer ou de démence de présenter une demande anticipée d’aide médicale à mourir.  

À l’heure actuelle, en vertu de la Loi sur les soins de fin de vie, seules les personnes ayant une maladie incurable et irréversible aptent à donner leur consentement peuvent bénéficier de l’aide médicale à mourir.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.