/sports/hockey
Navigation

Reconstruction du CH: la patience est de mise

Une reconstruction peut être longue malgré un premier choix, rappelle Jason Pominville

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Jason Pominville se plaît dans le rôle d’entraîneur auprès des jeunes pee-wee de Lanaudière, qui représentent fièrement les Canadiens.

Coup d'oeil sur cet article

La reconstruction d’une équipe ne produit pas toujours les effets escomptés malgré un premier choix au repêchage, comme le Canadien vient d’hériter. L’ex-attaquant Jason Pominville en sait quelque chose, pour avoir vécu la situation avec les Sabres de Buffalo.

• À lire aussi: Tournoi pee-wee de Québec: les petits Remparts dominants comme les grands

• À lire aussi: Un moment très touchant pour une équipe autochtone

• À lire aussi: Tournoi pee-wee: ému aux larmes par la médaille de l’Assemblée nationale

Présent au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec comme entraîneur-chef des petits Canadiens de Montréal, Pominville a bien voulu se pencher sur la situation du grand club. 

Le Tricolore sera le premier club à parler au prochain repêchage et déjà, plusieurs rêvent d’une relance accélérée.

« Les gens de Montréal n’ont pas beaucoup de patience, ça c’est sûr », a rigolé Pominville en évoquant qu’à Buffalo, la route vers le retour à la respectabilité continue d’être sinueuse.

Après s’être classés en séries en 2009-10 et 2010-11, les Sabres ont liquidé leurs effectifs pour amorcer une reconstruction. Pominville a pris la route du Minnesota avant de revenir à bon port pour terminer sa carrière, de 2017 à 2019.

À son retour chez les Sabres, ces derniers ont eu la même opportunité que le --Canadien aura en juillet, soit de se prononcer au premier rang. Ils avaient opté pour le défenseur Rasmus Dahlin en 2018. 

Dans les années précédentes, de 2013 à 2017, les Sabres avaient aussi bénéficié de cinq sélections dans le top 10. Pourtant, ils attendent toujours de revivre les séries éliminatoires.

« Ça peut être un processus assez long. À Buffalo, ça dure depuis plusieurs années. Le repêchage n’est jamais un gage de succès, mais dans la position des Canadiens, tu veux ce premier choix », a rappelé Pominville.

L’effet Shane Wright ?

Shane Wright semble partir avec une longueur d’avance pour être sélectionné en premier à Montréal.

Pominville, jeune retraité de 39 ans qui a inscrit 727 points en 1060 matchs dans la LNH, voit cette option d’un bon œil. 

« S’ils sélectionnent Shane Wright, ça correspond à leur besoin d’améliorer leur ligne de centre. Ça fait des années qu’ils en parlent », s’est-il prononcé.

« Wright est souvent comparé à Patrice Bergeron. Ça permettrait de réduire la charge de [Nick] Suzuki. Dans le moment, c’est lui qui hérite des affrontements les plus difficiles, autant sur la route qu’à la maison. Si les Canadiens peuvent partager le travail entre deux gars de même, ce serait clairement avantageux. »

Rien de garanti

N’empêche que dans les 30 dernières années, seulement six joueurs sélectionnés au tout premier rang ont mené leur équipe à la conquête de la Coupe Stanley. Le dernier en lice est Steven Stamkos, qui avait été choisi par le Lightning, en 2008.

« On a vu l’étincelle chez le Canadien avec l’arrivée de Martin St-Louis. Je suis convaincu qu’il fera de bonnes choses avec cette équipe, mais ce n’est pas parce que tu as le premier choix que tu tombes instantanément avec une bonne équipe », a prévenu Pominville.

AU CENTRE VIDÉOTRON AUJOURD'HUI

8 h BB  

  • Québec Nord-Est Barons c. Tigres de Victoriaville    

9 h 15 BB  

  • CRSA-DPR Noroits c. Richelieu Prédateurs    

10 h 30 AAA  

  • Collège Français Longueuil c. Adirondack Jr. Wings    

11 h 45 BB  

  • Shawinigan Dynamos c. Québec Nord-Est Champlain    

13 h AAA  

  • Beauce-Etchemin Regroupement c. Rive-Sud Express 2    

14 h 15 BB  

  • Whitby Wildcats c. Oakville Rangers    

15 h 30 AAA  

  • Burnaby Winter Club Bruins c. Slovakia K&B Stars     

Une roue qui tourne dans la famille Pominville 

En dirigeant son fils Jayden, Jason Pominville savoure un agréable retour dans le temps.

Le père et le fils vivent non seulement le rêve de bien des jeunes hockeyeurs au tournoi pee-wee de Québec, mais le destin a fait les choses parfaitement.

En 1995 et 1996, Jason Pominville avait pris part au célèbre tournoi. À sa deuxième année, il avait vécu le bonheur de représenter les Canadiens de Montréal, comme son fils en ce moment. 

À l’époque, il avait été dirigé par son père Jean-Marie, qui se retrouve cette semaine à ses côtés derrière le banc.

« C’est comme une roue qui tourne. L’équipe [les Pionniers de Lanaudière] a gagné le tournoi qui faisait en sorte qu’on pouvait représenter le Canadien. 

« C’était la même chose qui m’était arrivée à l’époque. Ce n’est pas évident d’être une équipe locale dans la grosse catégorie AAA », a commenté celui qui s’implique dans le programme des Pionniers depuis son retour au Québec, un an après sa retraite.

Nouveaux partisans

Pendant qu’il était encore actif, Pominville a maintes fois vu sa conjointe et ses deux enfants aux couleurs des Sabres ou du Wild. Il fallait les voir débarquer au Centre Vidéotron, avec le logo du Canadien sur la poitrine, pour comprendre que le retour en sol québécois a fait son effet.

« Ça fait drôle , a souri Pominville. Depuis qu’on est revenu l’an passé avec le Canadien qui s’est rendu en finale, mon gars a commencé à vouloir des t-shirts des Canadiens et tous ses amis suivent l’équipe. Ils sont vraiment contents de porter ce chandail. » 

Une défaite

Les petits Canadiens ont vécu une première expérience difficile pour le moral en s’inclinant 3-2 face à l’équipe lettone de Riga et papa Pominville espère que fiston fera un plus long bout de chemin que lui, qui avait été éliminé à son deuxième match, il y a 26 ans.

« On avait toute une équipe. Nous étions trois joueurs qui ont ensuite joué dans la LNH [avec Yannick Lehoux et Pascal Leclaire]. C’est plutôt rare et on venait tous les trois de Repentigny. C’était de belles années », s’est-il remémoré. 

« Il faut juste profiter du moment pour s’amuser et prendre le temps de réaliser ce qui se passe. C’est un tournoi qu’on attend depuis le jour 1 au camp d’entraînement. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.