/news/provincial
Navigation

Troisième lien: Marchand en faveur d’un moratoire autoroutier

Le maire adhère à la recommandation d’un comité d’experts

Photo corrigée 3e lien
Photo d'archives Le projet de troisième lien, dont la nouvelle mouture a été présentée le mois dernier (photo), « souffre d’un manque de données et de faits », soutient le maire Bruno Marchand, qui se questionne sur son aspect « vert ».

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Québec adhère à l’idée d’un moratoire sur la construction de nouvelles autoroutes, recommandé par un comité d’experts, et se questionne sur l’aspect « vert » d’un éventuel troisième lien.

• À lire aussi: Étalement urbain: des arguments de la CAQ «populistes» et «fallacieux», selon Bruno Marchand

• À lire aussi: État des deux ponts: Marchand dit faire confiance au gouvernement

• À lire aussi: 3e lien: l’opposition réclame plus de transparence

Le Comité consultatif sur les changements climatiques, qui conseille le ministère de l’Environnement du Québec, a proposé plusieurs pistes de solutions, cette semaine, pour lutter contre le réchauffement planétaire. Parmi ses recommandations, un moratoire contre l’ajout de nouvelles autoroutes. 

Bruno Marchand s’est prononcé en faveur d’un tel moratoire. « Il y a des experts qui nous disent qu’on devrait avoir un moratoire le temps de bien réfléchir les choses. Pourquoi pas ? »

Troisième lien

Dans ce contexte, M. Marchand a affirmé que ça ne remet « pas complètement » en question le projet de troisième lien autoroutier entre Québec et Lévis. 

« Mais ça va dans le sens de cette idée que : comment on fait pour le qualifier de vert ? Quel est son impact en termes d’émissions de GES dans sa construction ? »

Le maire ne croit pas que la voiture électrique est la panacée, car sa construction implique des émissions de GES. Il demande que le gouvernement lui démontre que le projet peut être bénéfique. 

Il souligne également qu’un troisième lien réservé au transport collectif mériterait d’être étudié.

« Pourquoi pas étudier la question ? Pourquoi ne pas demander à des experts si un transport collectif de centre-ville à centre-ville serait gagnant ? »

Améliorations

S’il refuse de se prononcer en faveur ou non du mégaprojet de tunnel, c’est que le gouvernement a dit que celui-ci pouvait encore changer d’ici 2025, justifie-t-il. « Je dis pas non, parce qu’il y a peut-être des façons d’améliorer et de rendre ce projet-là plus vert. »

Sur Twitter, la conseillère municipale Jackie Smith, ouvertement opposée au troisième lien, a réagi en déplorant que le maire refuse toujours de prendre position. 

« C’est vrai [que le gouvernement tient un discours dangereux sur l’étalement], et c’est tout aussi dangereux de refuser de s’opposer au troisième lien sous prétexte que ça pourrait être un bon projet. Je le répète, un troisième lien sans étalement urbain, c’est impossible. »

Priorité à la mobilité durable

La recommandation du comité de chercheurs, sous la présidence du professeur Alain Webster, suggère de donner la priorité à la mobilité durable dans l’aménagement du territoire, en intégrant les transports actifs. 

On mise aussi sur « l’absence d’augmentation de la capacité autoroutière dans les six régions métropolitaines du Québec tant qu’un mécanisme public d’évaluation des interactions entre mobilité, urbanisme et offre de transport ne soit pleinement opérationnel ».

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.