/opinion/faitesladifference
Navigation

On doit savoir et se souvenir!

Bloc situation vote élections élection
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quatre ans presque jour pour jour, soit le 9 mai 2018, le chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ), l’actuel premier ministre François Legault, s’engageait par écrit et devant caméras, à l’Assemblée nationale, à remplacer notre vieux mode de scrutin archaïque par un système électoral proportionnel mixte compensatoire inspiré des modèles en vigueur en Allemagne et en Écosse. 

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Le 26 avril dernier, François Legault confirmait publiquement pour la première fois ce qui m’avait été annoncé en catimini par l’un de ses apparatchiks le 17 décembre: l’abandon de cette importante promesse. Raison finalement avouée avant Noël: les députés de la CAQ, dont le premier ministre, ne voient plus l’intérêt d’honorer la parole donnée. Il y a trois semaines, l’explication du premier ministre était: «On s’était engagés à déposer un projet de loi et on l’a déposé comme promis. Et on se rend compte que ce n’est vraiment pas la priorité des Québécois. Il n’y a personne qui se bouscule dans les autobus pour changer le mode de scrutin.»

Or, outre le fait que ces propos sont outrageusement fallacieux, car personne n’avait forcé la main aux gens de la CAQ pour faire cette promesse, il gomme malicieusement les déclarations faites le 9 mai 2018, alors que le chef de ce parti maintenant bien installé au pouvoir était en compagnie des autres chefs de l’opposition, en l’occurrence QS, le PQ et le Parti vert. 

Les engagements de François Legault

Pour connaissance et mémoire, voici les déclarations préélectorales de François Legault: «Un gouvernement de la CAQ va déposer un projet de loi dans la première année de son mandat et un gouvernement de la CAQ va mettre en branle une réforme du mode de scrutin pour qu'elle soit adoptée dans son premier mandat.

«Le système électoral actuel [...] montre de plus en plus ses limites. Les citoyens sentent que leur vote compte de moins en moins. Le statu quo vient nourrir le cynisme au Québec. La proportionnelle mixte, c’est un système qui a fait ses preuves [...] qui va donner plus de poids à chaque vote. C’est un bon compromis pour nos régions, pour notre démocratie, pour le Québec. [...] Des partis qui travaillent ensemble, c’est possible au Québec comme ailleurs, notamment en Allemagne. On est rendu là, au Québec. [...] La population s’attend à ce qu’on collabore davantage et qu’on fasse preuve de plus d’ouverture. Le mode de scrutin proportionnel mixte aide justement à ce qu’on travaille davantage ensemble et qu’il n’y ait pas un gouvernement élu par une minorité de Québécois qui prenne des décisions pour une majorité. [...] Les Québécois sont tannés de la vieille politique. C’est pour ça que je suis heureux que cela fasse partie du programme puis des priorités d’un éventuel gouvernement de la CAQ. [...] On n’est plus à l’étape des débats, on est à l’étape de l’action.»

À un journaliste qui lui demandait si son gouvernement ferait comme les autres auparavant et renierait son engagement une fois rendu au pouvoir, François Legault a dit: «Nous, on est prêts, puis on va faire le changement. C’est important de le faire et de ne pas regarder les gains à court terme. [...] Les citoyens veulent participer aux décisions et ce changement est une façon de le faire. Un gouvernement qui ne respecterait pas cette volonté-là des citoyens se retrouverait en difficulté à moyen terme.»

Un homme d’honneur

Aujourd’hui, à l’aube d’une nouvelle élection générale, nous demandons au premier ministre François Legault de revenir aux raisons fortes qu’il invoquait il y a quatre ans pour changer le vieux mode de scrutin britannique. Incidemment, le premier ministre s’apprête comme bien d’autres à souligner dans les semaines qui viennent le centenaire de la naissance de l’homme politique le plus admiré et respecté de la population, René Lévesque. Il serait bien avisé de redevenir l’homme d’honneur et de parole qu’il avait promis d’être en se souvenant que Lévesque avait qualifié le système en place depuis 1792 de «démocratiquement infect». 

Jean-Pierre Charbonneau, président du Mouvement Démocratie nouvelle

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.