/opinion/blogs/mechantsraisins
Navigation

Nos auteurs

Soif de Biancara!

Soif de Biancara!
Photo Patrick Désy

Coup d'oeil sur cet article

Rien de mieux pour se rafraîchir et arroser cette première canicule que ces deux blancs élaborés par Angiolino Maule.

Le petit domaine familial La Biancara (environ 9 hectares) est situé à Gambellara, dans les contreforts de Soave en Vénétie. On y cultive principalement le garganega avec un peu de trebbiano à partir de vignes évoluant sur des sols volcaniques. Tout est mené en bio (non certifié) et biodynamie. Aucun additif et très peu de soufre ajouté. Des prix doux et un indice de picolabilité élevé sur tous les vins. Autant dire que c’est la parfaite limonade pour combattre la chaleur.

Buvez moins. Buvez mieux.

La Biancara, Masieri Bianco 2020, Vino da tavola, Italie 21,95 $ – Code SAQ 12846741 – 11 % – 1 g/L

La cuvée Masieri bianco est dominée par le garganega avec une touche de trebbiano, le tout étant vinifié en cuve inox et sans contact avec les peaux. C’est clairement un vin naturel, mais du nature propre et bien maîtrisé. Le vin n’est pas filtré, si bien qu’on distingue facilement un voile de lie au travers la bouteille. On y voit même passer quelques sous-marins... Une fois dans le verre, la couleur est brillante avec un jaune aux reflets dorés/verts. Bonne intensité aromatique avec d’abord des parfums de levure qui s’effacent à l’aération pour laisser place à un tableau passablement complexe: agrumes, amande, miel, muscade et herbe. Petit perlant en attaque qui laisse place à une matière de bonne ampleur et au fruité mûr. L’acidité en milieu de bouche apporte une énergie certaine. C’est bien sec et léger en alcool. Assez long avec des flaveurs salines. Servir bien frais.

★★★ $$

La Biancara, Sassaia 2020, IGP Veneto, Italie 32,00 $ – Code SAQ 14555285 – 11,5 % – 1 g/L

Cette cuvée Sassaia est élaborée uniquement avec du garganega. Le site de la SAQ indique «vin orange», mais on devrait plutôt parler de vin de macération pelliculaire. Ainsi, la moitié des raisins macèrent sur les peaux pendant quelques jours, alors que l’autre est directement pressée comme on le fait pour tout vin blanc. Fermentation spontanée en grands fûts de chêne de 3000 litres. Le vin y repose ensuite jusqu’à la mise en bouteille en août de l’année suivante, sans ajout de soufre. Robe au jaune doré. Nez éclatant et aguicheur de cédrat, de pêche mûre, de kumquat et d’abricot séché. En bouche, le vin étonne par son équilibre entre densité et fraîcheur, ce qui lui apporte un côté aérien. On sent de légers amers en finale. Cette dernière s’étire sur un long moment avec un côté salin et salivant. Encore une fois, il s’agit d’un vin nature bien fait. C’est aussi une belle façon de s’initier au vin «orange». Ne pas servir trop froid. Il est uniquement disponible en ligne pour le moment, mais devrait arriver dans les succursales de la SAQ la semaine prochaine.

★★★ 1⁄2 $$$

Légende 

★ Correct

★★ Bon

★★★ Très bon

★★★★ Excellent

★★★★★ Exceptionnel

Plus d’étoiles que de dollars: vaut largement son prix.

Autant d’étoiles que de dollars: vaut son prix.

Moins d’étoiles que de dollars: le vin est cher.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.