/sports/hockey
Navigation

Une dernière chance pour les Bruins

Une dernière chance pour les Bruins
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les Bruins de Boston auront une ultime occasion de gagner un match éliminatoire en Caroline du Nord ce printemps et, même s’ils ont éprouvé toutes sortes d’ennuis sur la patinoire des Hurricanes, ils ont plusieurs raisons de croire en leurs chances d’accéder au deuxième tour des séries. 

• À lire aussi: Une autre déception printanière pour le Wild

• À lire aussi: Ryan McDonagh: l’élément stabilisateur

D’abord et avant tout, la troupe de l’entraîneur-chef Bruce Cassidy se présentera à Raleigh avec le vent dans le dos, forte d’un triomphe de 5 à 2 obtenu jeudi au TD Garden dans le sixième match de leur confrontation. Puis, l’organisation est habituée aux rendez-vous sans lendemain : le septième affrontement contre les «Canes» prévu samedi à 16 h 30 constituera la 29e partie numéro 7 de son histoire, un sommet dans la Ligue nationale de hockey. 

Et ceux croyant que les Bruins n’auront assurément aucune réponse après avoir perdu trois fois en autant de sorties en Caroline auraient intérêt à se rappeler la finale de la Coupe Stanley 2011. Patrice Bergeron et Brad Marchand étaient des éléments-clés de la formation ayant battu les Canucks à Vancouver dans la septième rencontre après avoir baissé pavillon trois fois à cet endroit.

Rien ne garantit une victoire de la formation locale, samedi.

«J’adore cela, c’est pour cette raison qu’on joue, a affirmé Cassidy au site web officiel des Bruins. Le match 7 des séries de la Coupe Stanley... je préférerais être à domicile, mais nous serons là où il le faut. Je jouerais sur Mars si nous devions le faire. Nous voulons seulement obtenir cette victoire, c’est tout ce qui compte. Je sais que dans l’autre camp, ils sont déçus, mais ce sera la septième partie et ils seront excités de la disputer.»

Tout le monde fait sa part

Au plan hockey, Boston a pu compter sur une production offensive diversifiée, du moins, devant ses partisans. Jeudi, cinq joueurs différents ont touché la cible. Pourront-ils récolter les succès escomptés chez les Hurricanes. En trois affrontements en sol ennemi, ils ont inscrit quatre petits filets.

«En voyant notre formation, je pense qu’on est davantage familier avec chacun d’entre nous, dans chaque trio. On reçoit la contribution de plusieurs gars différents et ça peut influencer la façon de jongler avec les lignes. La chimie est déjà en place, mais on est heureux d’avoir accompli le travail [pour prolonger la série], a commenté l’attaquant Charlie Coyle. Peu importe qui se trouve sur la glace et avec qui nous jouons, on a un boulot à faire. Il faut créer quelque chose, de la bonne manière.»

Et au plan défensif, les Bruins devront répéter leurs bonnes performances de jeudi, quand ils ont limité leurs rivaux à un but en six attaques massives. La Caroline a notamment bousillé une occasion à cinq contre trois, ce qui est souvent fatal dans une rencontre des séries.

«Ce type de séquence en unités spéciales a constitué certes un facteur influent à domicile dans cette série pour les deux équipes. Nous devons nous assurer de rester loin du cachot afin que ça ne devienne pas un point important. On doit jouer à cinq contre cinq le plus possible», a souhaité Cassidy.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.