/world/europe
Navigation

Dons d’organes: les Suisses votent sur le consentement présumé

Dons d’organes: les Suisses votent sur le consentement présumé
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les Suisses votent dimanche sur une proposition visant à augmenter les dons d’organes grâce au passage au modèle du consentement présumé, comme celui de la France, un principe dénoncé par certains qui évoquent un problème éthique. 

• À lire aussi: Une femme se cherche un donneur de rein sur internet

• À lire aussi: Consentir au don d’organes: quelle est la place de la famille?

Aujourd’hui, une personne qui souhaite faire don de ses organes doit donner son consentement de son vivant. Qui ne souhaite pas donner ses organes devra le signaler explicitement si — comme le prévoient les sondages — la modification de la loi sur la transplantation est acceptée.

Ces cinq dernières années, environ 450 personnes par an en moyenne ont reçu, en Suisse — qui compte plus de 8,6 millions d’habitants —, un ou plusieurs organes prélevés sur des personnes décédées. Mais, fin 2021, il y avait plus de 1400 personnes sur liste d’attente.

L’an dernier, 72 personnes sont décédées alors qu’elles étaient en attente d’un don, selon la fondation nationale Swisstransplant.

Actuellement, il arrive souvent que la volonté de la personne concernée ne soit pas connue. C’est donc aux proches de se prononcer. Dans la majorité des cas, ils s’opposent au don d’organes, selon les autorités.

Le taux de refus de plus de 60% relevé au cours des entretiens avec les proches est l’un des plus élevés au niveau européen, et ce, alors même que des sondages montrent que 80% de la population suisse est favorable à un don d’organes, indique Swisstransplant.

La réforme, portée par le Conseil fédéral (gouvernement) et le Parlement, prévoit que les Suisses seront considérés comme donneurs en cas de mort cérébrale, à moins d’avoir exprimé leur opposition de leur vivant, en s’inscrivant sur un registre de la Confédération ou en le signifiant à leurs proches.

Autodétermination

Les conditions médicales pour faire un don seront les mêmes qu’aujourd’hui: seules pourront faire don de leurs organes les personnes qui meurent dans l’unité de soins intensifs d’un hôpital, et le décès devra avoir été constaté «sans équivoque par deux médecins».

Les proches continueront d’être consultés et ils pourront refuser tout don s’ils savent ou supposent que la personne concernée s’y serait opposée.

Le Conseil fédéral et le Parlement attendent de la modification de la loi une augmentation du nombre de dons d’organes. Selon les autorités suisses, la plupart des pays européens, notamment la France, l’Italie, l’Autriche et l’Espagne, appliquent le modèle du consentement présumé et enregistrent en moyenne un pourcentage de dons plus élevé que celui de la Suisse.

Certaines personnes sont opposées à la réforme et ont recueilli assez de signatures pour lancer un référendum. Ce comité référendaire, coprésidé par une infirmière et un médecin, considère que la réforme viole le droit à l’autodétermination et à l’intégrité physique des personnes.

Le don d’organes, indique ce comité soutenu par des politiciens de droite, «n’est éthiquement justifiable que si la personne concernée a donné son consentement explicite de son vivant».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.