/news/coronavirus
Navigation

La levée du port du masque célébrée au Québec

Des travailleurs du milieu public et leurs clients ont rapidement abandonné le couvre-visage, aujourd'hui

fin masque
Photo Jeremy Bernier Au salon Coiffure distinctive de Charlesbourg, Véronique Morin, Josiane Tremblay et leur cliente Valérie Ouellet étaient heureuses de laisser tomber le masque et ont célébré en sirotant un mimosa, ce samedi matin.

Coup d'oeil sur cet article

Feu de joie, mimosa, son de cloche et lancer de masques... De nombreux travailleurs du milieu public et leurs clients ont célébré, à leur façon, la levée du port du couvre-visage obligatoire, aujourd'hui.

• À lire aussi: Que de la joie partout en province

• À lire aussi: Certains continueront de se protéger

• À lire aussi: Fin du masque obligatoire: des inquiétudes chez les immunodéficients

« Enfin ! On se sent beaucoup mieux, surtout avec la chaleur des derniers jours. On a l’impression de revivre, de pouvoir respirer à nouveau ! » lance Romain Devanneaux, chef cuisinier de la microbrasserie La Korrigane, dans Saint-Roch, à Québec.

Romain Devanneaux, Melodie Cormier et Olivier Lamarre ont sonné la cloche pour fêter l’événement à la microbrasserie La Korrigane.
Photo Didier Debusschère
Romain Devanneaux, Melodie Cormier et Olivier Lamarre ont sonné la cloche pour fêter l’événement à la microbrasserie La Korrigane.

Plusieurs de ses collègues ont marqué le coup, à minuit, en lançant leur masque et en faisant résonner la cloche qui sert habituellement à annoncer les tournées de bière.  

Au salon Coiffure distinctive de Charlesbourg, on a accueilli les premiers clients de la journée avec un grand sourire bien visible et une flûte de mimosa pour l’occasion.

« On a fêté ça en grand ! lance en riant sa gérante, Josianne Tremblay. Après deux ans de pandémie, c’était déstabilisant un brin au début de la journée, mais on s’est vite habitué. On espère que ça va durer ! » 

Plusieurs impacts

Les sourires étaient bien visibles derrière le comptoir du restaurant La Pataterie.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Les sourires étaient bien visibles derrière le comptoir du restaurant La Pataterie.

Pour plusieurs, l’annonce a eu l’effet d’une délivrance. Il faut dire que, d’une part, le couvre-visage était particulièrement étouffant pour certains travailleurs et que, d’autre part, il agissait comme un frein aux interactions sociales pour d’autres.

« En cuisine, ici, il fait entre 35 degrés et 40 degrés, alors avec le masque, il faisait vraiment très chaud. Ça fait du bien de retourner à la normale », exprime Adam George, gérant du restaurant Basha, dans le centre-ville de Montréal.

« Ça change tout ! confirme Mathieu Roger, directeur de la succursale de La Cage de Lebourgneuf. C’est facilitant pour les cuisiniers et, pour les serveurs, le contact avec la clientèle est plus naturel. »

Marie-Ève René a enfin pu s’entraîner sans un masque.
Photo Jeremy Bernier
Marie-Ève René a enfin pu s’entraîner sans un masque.

Au Privilège Gym de Beauport, des clients auraient même eu des malaises, forcés de porter le masque entre deux exercices alors qu’ils étaient exténués, affirme-t-on.

Pas disparu

Ainsi, il aura fallu patienter près de deux ans avant la levée de cette mesure, instaurée le 18 juillet 2020 dans les établissements publics fermés ou partiellement couverts. 

Mais ce n’est pas pour autant que les masques disparaîtront de nos vies.

Si certains préféreront le garder encore quelque temps, il demeure obligatoire dans le transport en commun et dans les établissements de santé, ainsi que pour les malades de la COVID-19.

« Au moins, on n’aura plus à jouer à la police. Juste ça, c’est immense pour nous », souligne Simon Bourret, propriétaire du XL Gym, à Québec.

– Avec la collaboration de Clara Loiseau

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.