/opinion/columnists
Navigation

Le dérapage de Pierre Poilievre

GEN-
Capture d'écran tirée de TVA Nouvelles Pierre Poilievre a fait de l’inflation un sujet glissant de sa campagne.

Coup d'oeil sur cet article

L’inflation est le problème de l’heure. Elle gruge le pouvoir d’achat, elle fait particulièrement mal aux retraités, elle force les banques centrales à des gestes brusques sur les taux d’intérêt. L’inflation hors contrôle constitue un véritable poison pour l’économie et pourrait nous conduire tout droit vers une récession l’an prochain.

Avant que Pierre Poilievre ne soit candidat à la direction du Parti conservateur, alors critique en matière de Finances des conservateurs, je l’avais reçu en entrevue pour parler d’inflation.  

Il avait souligné avec aplomb la responsabilité des gouvernements qui ont injecté de l’argent de façon inconsidérée dans l’économie pendant la pandémie. En ce qui me concerne, les dépenses publiques folles n’expliquent pas toute l’inflation, mais elles y ont contribué.  

Le député Poilievre touchait aussi le public par une analyse précise des conséquences de l’inflation sur le portefeuille des familles en plus d’avancer quelques pistes de solution. En somme, j’aurais pensé que le thème de l’inflation serait un point très fort pour lui dans une campagne au leadership. 

Or, il a dérapé. Son discours de base a toujours un fondement. Mais pour des raisons obscures, il s’est empêtré dans des ajouts abracadabrants.  

Les bitcoins

D’abord, il a développé cette idée qu’investir dans les bitcoins serait une façon ingénieuse de se protéger de l’inflation. A priori, cette vidéo YouTube en discussion avec un restaurateur investisseur dans les bitcoins aurait pu n’être qu’une curiosité sympathique. Mais l’aspirant chef se prend le bras dans le tordeur.

Il porte son chandail bitcoin comme s’il était un colporteur de cryptomonnaies plutôt qu’un premier ministre en devenir. Puis il glisse en utilisant sa crédibilité pour faire une suggestion qui pourrait gâcher la vie d’une famille.

C’était un conseil absurde. Calcul fait, une personne qui aurait été séduite par les conseils de Poilievre et qui aurait transféré son compte de banque en bitcoins à la fin mars aurait perdu aujourd’hui le tiers de son pouvoir d’achat. En plus de l’inflation. Merci Pierre.

Comprenez-moi bien. Je n’ai rien contre les cryptomonnaies : mais elles sont volatiles au même titre que plusieurs actions à risque à la Bourse. Ça monte et ça redescend en montagnes russes. Si quelqu’un est prêt à assumer le risque avec de l’argent qui n’est pas requis pour l’épicerie de la semaine prochaine, allez-y.  

Mais un chef politique qui suggère d’y transférer ses avoirs afin de se protéger de l’inflation, c’est hautement répréhensible.  

Le gouverneur de la Banque

En débat cette semaine, Poilievre a dérapé une autre fois. Il a promis de congédier le gouverneur de la Banque du Canada s’il est élu. S’il est une fonction que tous ont voulu garder à distance de la politique, c’est bien celle-là. Notamment pour la stabilité monétaire du pays.

De dire que Justin Trudeau a trop dépensé, c’est une chose. De politiser la Banque du Canada pour sa supposée complicité à financer lesdites dépenses, ce n’est pas sérieux. Un jour, il cherchera comment se dépêtrer d’une telle promesse.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.