/sports/hockey
Navigation

Un «grand soulagement» pour Jonathan Huberdeau

Un «grand soulagement» pour Jonathan Huberdeau
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Parmi tous les joueurs des Panthers de la Floride, le Québécois Jonathan Huberdeau en est un qui éprouve une énorme satisfaction, mais aussi un sentiment de libération à la suite de la série remportée en six matchs contre les Capitals de Washington au premier tour.

• À lire aussi: LNH: un festival de matchs décisifs

• À lire aussi: Les Panthers enfin au deuxième tour

«C'est un grand soulagement, nous sommes tous très heureux, a confié Huberdeau au journaliste Robert Laflamme, sur le site web de la Ligue nationale de hockey. La dernière fois que je me suis senti comme ça, c'était dans les rangs juniors.»

Âgé de 28 ans, bientôt 29, Huberdeau passe donc au deuxième tour des séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey pour la première fois en 10 ans depuis le début de sa carrière professionnelle. La belle époque où il dominait dans l’uniforme des Sea Dogs de Saint John, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, était loin derrière lui. Tout comme la conquête de la Coupe Memorial en 2011.

«Ça en a pris du temps, plusieurs années, a-t-il affirmé, à la suite de la victoire de 4 à 3 en prolongation, vendredi soir, lors du sixième match. Finalement nous sommes récompensés. Ce n'est qu'une série, mais pour nous c'est gros.»

Il faut préciser que l’organisation des Panthers n’avait pas non plus remporté une seule série depuis 1996, soit bien avant l’arrivée du Québécois en Floride. Cela pesait très lourd sur l’équipe. Après un dossier de 58-18-6 en saison régulière et une récolte de 122 points au classement, la pression était forte.

«Oui nous avons connu une bonne saison, mais on se disait qu'il nous manquait cette première série, a convenu Huberdeau, qui a été limité à trois points en six rencontres face aux Capitals. Nous tirions de l'arrière 2-1 [dans la série] et nous avons dû faire des remontées. Ç'a été à l'image de notre saison régulière. Nous formons un groupe très soudé et ça nous a aidés à l'emporter.»

Peu importe l’adversaire

Pour le prochain tour, les Panthers seront maintenant confrontés aux gagnants de la série entre le Lightning de Tampa Bay et les Maple Leafs de Toronto, dont le septième match était prévu samedi soir.

Avant de connaître l’identité des prochains adversaires, Huberdeau avouait n’avoir aucune préférence.

«On s’en fout un peu de l’équipe qu’on va affronter, notait le Québécois, cette fois cité sur le site web anglophone de la LNH. Ce sont deux bonnes équipes.»

Tout en souhaitant prendre un peu de repos, Huberdeau assurait toutefois qu’il allait regarder ce fameux septième match entre le Lightning et les Maple Leafs à la télévision.

La série de Carter Verhaeghe 

L’Ontarien Carter Verhaeghe risque d’être beaucoup plus populaire auprès des amateurs de pools de hockey en vue de la saison prochaine.

Pour cause, l’attaquant des Panthers de la Floride a complété le premier tour éliminatoire avec une récolte de 12 points, dont six buts, en six matchs face aux Capitals de Washington. Mieux encore, il a marqué en prolongation lors des quatrième et sixième parties. Au cinquième match, il a par ailleurs inscrit cinq points, dont le but gagnant, dans une victoire de 5 à 3.

«Ç'a été la série de Carter Verhaeghe et on espère que ça va continuer», a résumé simplement le Québécois Jonathan Huberdeau, cité sur le site web de la Ligue nationale de hockey.

Trois buts gagnants dans trois matchs consécutifs des séries! Faut le faire... Dans l’histoire de la Ligue nationale de hockey, seul Clark Gillies, avec les Islanders de New York en 1977, a mieux fait avec quatre en quatre.

Âgé de 26 ans, Verhaeghe compte une autre note importante à son dossier: il faisait partie du Lightning de Tampa Bay, en 2020, lors de la conquête de la Coupe Stanley. L’attaquant avait même pris part à trois des six rencontres de la finale disputée face aux Stars de Dallas.

Profondeur chez les Panthers

Dans un certain sens, les performances de Verhaeghe contre les Capitals auront pallié au manque de production de certains coéquipiers, à commencer par Huberdeau, qui a été limité à trois points en six matchs.

«Je sais que je peux en donner plus, mais ça arrive, ce sont les séries, a simplement commenté le Québécois. Ça fait juste prouver la valeur de notre équipe. [...] Ça n'empêche pas que je dois en donner plus et être meilleur avec la rondelle.»

En saison régulière, Huberdeau avait dominé les Panthers avec 115 points en 80 matchs, terminant d’ailleurs au deuxième rang de la LNH, à égalité avec Johnny Gaudreau, des Flames de Calgary, et derrière Connor McDavid, des Oilers d’Edmonton (123 points). Concernant Verhaeghe, il a très bien fait, somme toute, avec une récolte de 55 points en 78 matchs durant la récente campagne.

Question d’ajouter à la légende naissante de Verhaeghe, il y a lieu de mentionner que le joueur avait raté l’entraînement matinal des siens, vendredi, en raison d’une mystérieuse blessure.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.