/lifestyle/books
Navigation

Une fresque incroyable

0514 WE En mode lecture
Photo courtoisie Les nuits de la peste, Orhan Pamuk, Éditions Gallimard, 688 pages

Coup d'oeil sur cet article

Avec ce magnifique roman qui compte près de 700 pages, le célèbre écrivain turc Orhan Pamuk nous entraîne en 1901, à une époque où la peste faisait encore rage dans certains coins du monde.

Lorsqu’on est écrivain, on peut tout se permettre. Absolument tout. Même d’inventer une île qui ne sera rien de moins que la « perle de la Méditerranée orientale ». Mais aussi belle et merveilleuse soit-elle, l’île de Mingher ne sera pas à l’abri du pire : à en croire les rumeurs, il semblerait qu’une épidémie de peste arrivée d’Orient ait commencé à y faire des ravages.

Par chance, le chimiste et grand spécialiste des épidémies Bonkowski Pacha, qui agit sur ordre du sultan Abdülhamid II, est déjà en route. Avec la mise en place de mesures sanitaires adéquates – ça vous rappelle quelque chose ? –, il a rapidement réussi à juguler l’épidémie de peste qui s’était déclarée dans la ville turque de Smyrne et a priori, il devrait pouvoir en faire autant à Mingher.

Attaquer le mal à sa racine

Si on a dit « a priori », c’est parce qu’en pratique, les choses ne tarderont pas à mal tourner. Il y aura beaucoup de morts dus à la peste, mais il y aura également un meurtre : celui de Bonkowski Pacha.--- Et tel qu’on peut s’en douter, ça ne plaira pas au sultan. Ce dernier chargera d’ailleurs le jeune médecin Nuri Pacha de découvrir qui peut bien être à l’origine de cet assassinat et c’est grâce aux lettres de sa nouvelle épouse, la princesse sultane Pakizê, qu’on en saura plus sur cette période un peu trouble de l’Empire ottoman.

Un livre foisonnant dans lequel s’entremêlent enquête, histoires d’amour, fresque historique et roman-fleuve. 

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE 

Le cas Nelson Kerr

John Grisham, Éditions JC Lattès, 336 pages
Photo courtoisie
John Grisham, Éditions JC Lattès, 336 pages

Bruce Cable, qu’on a déjà croisé dans Le cas Fitzgerald, tient une petite librairie sur l’île de Camino, au large de la Floride. Le hic ? Leo, un cyclone de catégorie 3, fonce droit dessus. Et malgré l’ordre d’évacuation qui a été donné, quelques personnes décideront de rester. Dont Bruce et son vieil ami Nelson Kerr, qui sera hélas retrouvé mort après la tempête. Une mort accidentelle ? Bruce, qui ne le pense pas, enquêtera. 

Trois vœux

Liane Moriarty, Éditions Le livre de poche, 480 pages
Photo courtoisie
Liane Moriarty, Éditions Le livre de poche, 480 pages

C’est le tout premier roman de l’auteure australienne Liane Moriarty, qui signera ensuite de nombreux best-sellers, dont Petits secrets, grands mensonges. Publié en 2003, on peut maintenant le lire en français et découvrir le quotidien souvent rocambolesque des triplées Lyn, Cat et Gemma Kettle. Une lecture légère et sympa qui a le mérite de faire sourire. 

L’art du BBQ

Max et JP Lavoie, Éditions Guy Saint-Jean, 264 pages
Photo courtoisie
Max et JP Lavoie, Éditions Guy Saint-Jean, 264 pages

Maintenant que le mercure a enfin franchi la barre des 25 degrés, difficile de résister à l’envie de tout faire cuire au barbecue ! Avec ce nouveau livre de recettes consacré à l’art du gril — c’est leur troisième ! —, les frères Max et JP Lavoie ont encore une fois mis le paquet pour nous délecter en proposant des plats plus savoureux que jamais. Vraiment, le must de la saison estivale. 

Le roman policier en Amérique française -3 (2011-2020)

Norbert Spehner, Éditions Alire, 492 pages
Photo courtoisie
Norbert Spehner, Éditions Alire, 492 pages

Considéré comme LE grand spécialiste du roman policier de l’Amérique française, Norbert Spehner s’est donné tout un mandat : dresser la liste complète des polars d’ici qui ont été écrits entre 2011 et 2020, en incluant les versions françaises de polars issus d’auteurs canadiens-anglais. Alors, si on ne sait pas quoi lire cet été, ce fantastique ouvrage saura à coup sûr nous donner une foule d’idées. 

Frissons garantis 

Le piège

Le piège, Jean Hanff Korelitz, Éditions le cherche midi, 416 pages
Photo courtoisie
Le piège, Jean Hanff Korelitz, Éditions le cherche midi, 416 pages

Sur la page couverture de ce roman psychologique, on peut lire : « Le meilleur thriller de l’année — et de loin ! » C’est un peu exagéré, mais ça n’empêche pas ce livre d’être quand même très intéressant.

Son personnage principal ? Jacob (Jake) Finch Bonner, qui a rêvé toute sa vie de devenir un écrivain de renom. Sauf qu’après avoir publié le roman qui l’a propulsé sur la scène littéraire alors qu’il était dans la jeune vingtaine, il n’a plus rien écrit de bon. Résultat des courses, il a dû se tourner vers l’enseignement pour survivre et aujourd’hui, il donne des ateliers d’écriture créative dans une petite université du Vermont.

Dans la gueule du loup

Voilà donc comment il rencontrera Evan Parker, un étudiant du genre fendant qui va se vanter d’avoir en tête une histoire si géniale que ça sera forcément un best-seller. Mais en mourant trop tôt, il n’aura pas le temps de l’écrire. Une occasion que Jake ne laissera surtout pas passer et, effectivement, il connaîtra la gloire grâce à cette incroyable intrigue. Le seul problème, c’est que quelqu’un sait que Jake en a volé l’idée. Et ce quelqu’un ne tardera pas à faire de sa vie un enfer.

Attention ! Le dénouement est assez spectaculaire !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.