/lifestyle/health
Navigation

La parodontite, un facteur de risque de cancer colorectal!

Dividing cancer cells - 3D illustration
Photos Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Une fascinante recherche récente rapporte que les personnes ayant un historique de parodontite, l’inflammation des tissus responsables de l’ancrage des dents, sont à plus haut risque d’être affectées par un cancer colorectal. 

Dans une bouche saine, les millions de bactéries qui colonisent la cavité orale sont en équilibre avec l’hôte et jouent plusieurs rôles importants pour le maintien d’une bonne santé.  

Lorsque cet équilibre est rompu, que ce soit en raison d’une hygiène buccale déficiente ou de certains facteurs, comme le tabagisme ou une alimentation trop riche en sucre, cet écosystème bactérien devient cependant déréglé (ce qu’on appelle une « dysbiose ») et peut alors favoriser le développement des deux principales maladies touchant les dents, soit les caries dentaires et la parodontite.

Inflammation excessive

Comme son nom l’indique, la parodontite est l’inflammation du parodonte, c’est-à-dire l’ensemble des structures responsables de l’ancrage des dents (gencives, ligaments, os alvéolaire). 

La parodontite débute sous la forme d’une inflammation locale des gencives (gingivite), causée par les bactéries présentes dans la plaque dentaire et qui peut, avec le temps, progresser en parodontite chronique chez certains individus plus susceptibles. La dégradation graduelle des gencives, des ligaments et de l’os alvéolaire qui s’ensuit cause alors l’apparition de poches parodontales autour de la dent et, avec le temps, sa chute. 

C’est la réponse inflammatoire exagérée causée par la présence d’un déséquilibre bactérien au niveau de la plaque dentaire qui est la grande responsable du développement de la parodontite. Le système immunitaire réagit en effet fortement à cette invasion microbienne, ce qui crée une inflammation de forte intensité extrêmement irritante pour les tissus et qui cause leur destruction. 

Cet impact de la parodontite n’est cependant pas seulement restreint au niveau des gencives : les nombreuses molécules inflammatoires qui sont générées au site d’infection sont en contact étroit avec la circulation sanguine et peuvent donc diffuser dans le sang et affecter l’ensemble du corps. 

D’ailleurs, l’incidence de la parodontite est fortement corrélée avec la présence de plusieurs autres maladies dont le développement est influencé par l’inflammation chronique, notamment les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’arthrite et certains cancers.

Cancer colorectal en hausse

Une étude réalisée par des chercheurs des universités McGill et de Montréal est une bonne illustration du lien qui existe entre la parodontite et le risque de cancer1

Dans cette étude, les chercheurs ont examiné la présence d’un historique de maladie parodontale chez 748 patients qui vivaient à Montréal ou à Laval, 348 d’entre eux ayant reçu le diagnostic d’un cancer du côlon ou du rectum, alors que les 310 autres n’étaient pas atteints d’un cancer et ont servi de contrôles.  

L’analyse des dossiers a révélé que l’incidence de parodontite était beaucoup plus élevée chez les patients ayant un cancer colorectal, avec une hausse du risque d’un diagnostic de cancer d’environ 50 % plus élevé que chez les contrôles. Ce risque accru n’est pas affecté par d’autres paramètres reconnus pour favoriser le développement de ces cancers (consommation de charcuteries et d’alcool, historique familial de cancer et sédentarité, entre autres), ce qui suggère fortement que la parodontite pourrait représenter un facteur de risque indépendant de cancer colorectal.

Puisque l’inflammation chronique est un facteur de risque bien documenté de cancer colorectal (comme dans les maladies inflammatoires de l’intestin, par exemple), il est donc possible que la diffusion des molécules inflammatoires de la bouche vers la circulation sanguine puisse créer un climat propice à la progression des cellules cancéreuses au niveau intestinal. 

Il faut aussi noter que plusieurs études ont montré que certaines bactéries parodontales pouvaient elles aussi diffuser dans le sang et se localiser dans certains organes, notamment le côlon.  

Les études montrent qu’une de ces bactéries, Fusobacterium nucleatum, accélère le développement des cellules cancéreuses colorectales et a été à maintes reprises identifiée au niveau de ces tumeurs.  

L’association étroite entre la santé buccale et le cancer colorectal suggère donc que la prévention et le traitement de la parodontite pourraient jouer des rôles importants dans la prévention de ces cancers.  

En ce sens, le projet d’élargir l’assurance maladie pour couvrir les soins dentaires de base qui est présentement à l’étude par le gouvernement canadien pourrait représenter une avancée importante dans cette approche préventive.


♦ 1. Janati AI et coll. Periodontal disease as a risk factor for sporadic colorectal cancer: results from COLDENT study. Cancer Causes Control 2022 ; 33 : 463-472.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.