/entertainment/tv
Navigation

«Les enfants invisibles»: éclipsés par la maladie mentale de leur parent

«Les enfants invisibles»: éclipsés par la maladie mentale de leur parent
PHOTO COURTOISIE ICI RADIO-CANADA

Coup d'oeil sur cet article

Trop souvent écartés de l’équation, les enfants sont bien malgré eux les premières victimes collatérales de la maladie mentale de leur parent. 

Avec son documentaire «Les enfants invisibles», l’animatrice Varda Étienne, mère de trois enfants et elle-même diagnostiquée bipolaire de type 1 avec un trouble de la personnalité limite, tenait à donner la parole à ces enfants pris dans l’angle mort du système de santé.

«Un conjoint, ou une conjointe, ou quelqu’un de l’entourage peut décider de dire “écoute, le cas est trop lourd, moi je m'en lave mains”, mais les enfants, eux n’ont pas le choix [de rester]», a fait valoir Varda Étienne dans une entrevue avec l’Agence QMI.

«C’est leur parent et de surcroît ils l’aiment de façon inconditionnelle. Et puis ils veulent que leur parent aille bien et ils ne veulent surtout pas en être séparés. Il y a surtout ça», a ajouté l’animatrice.

«Les enfants invisibles»: éclipsés par la maladie mentale de leur parent
PHOTO COURTOISIE ICI RADIO-CANADA

On décrit comme un «enfant invisible» un enfant qui doit conjuguer avec le trouble de santé mentale de son parent. Jusqu’à 20 % des jeunes pourraient se retrouver dans cette situation, fait état la Dre Aude Villatte dans le documentaire. Et bien souvent, ils passent sous les radars en plus d’avoir à porter un poids invisible immense sur leurs épaules.

C’est le cas de Mathieu, un des participants au documentaire. Aujourd’hui dans la trentaine, il n’avait que 8 ans quand les médecins l’ont chargé de s’assurer que sa mère monoparentale atteinte de schizophrénie prenne ses médicaments chaque jour. Multipliant les allers-retours en psychiatrie, cette dernière s’est, malgré les efforts de son fils, enlevé la vie peu de temps après.

C’est le cas aussi de Michelle, une autre participante, qui a eu à camper le rôle de mère pour sa maman, atteinte de schizophrénie paranoïde et de trouble anxieux. «Ma mère a un cœur gros comme ça, mais sa maladie est encore plus grande que son cœur malheureusement», raconte-t-elle dans la série.

Les témoignages des participants, dont certains sont des personnalités publiques, sont percutants, certes, mais le docu-série ne mise pas sur la pitié pour sensibiliser le téléspectateur, au contraire. Il évite ce genre d’écueils larmoyants et met plutôt en lumière la résilience de ces enfants, aujourd’hui adultes. «C’est magnifique de constater à quel point ces enfants-là, malgré ce qu’ils ont vécu à la suite de la maladie de leur parent, s’en sortent bien. Ce sont des adultes équilibrés, sains d’esprit, heureux», a indiqué Varda Étienne avec émotion.

«Les enfants invisibles»: éclipsés par la maladie mentale de leur parent
PHOTO COURTOISIE ICI RADIO-CANADA
  • Écoutez l'entrevue avec Varda Etienne au micro de Geneviève Pettersen sur QUB radio:

Tendre une perche

«Les enfants invisibles» c’est aussi une perche tendue pour un changement de paradigme. «Comment se fait-il qu’il n’y ait pas pour le moment des ressources spécifiquement pour ces enfants-là», a soulevé Varda, qui souhaiterait s’assoir avec le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, pour parler de cette question.

«Les tabous sont toujours bien présents dans notre société. Il y a encore des gens qu’au boulot sont obligé de se justifier et que [la maladie soit] vu comme de la lâcheté et j’en passe. Il y a encore du chemin à faire», a spécifié Varda.

Il n’aura fallu que trois minutes, un vendredi après-midi, pour convaincre Véronique Cloutier de produire ce documentaire en quatre parties qui se posera sur TOU.TV mardi. Une idée qu’elle a essayé de pousser pendant 10 ans auprès de différents producteurs, sans voir de véritable en train de leur part.

«Je savais qu’avec Véro, elle allait avoir cette sensibilité-là, qu’elle allait comprendre, parce que même si elle n’a pas de problème de santé mentale, elle est mère avant tout», a rappelé Varda à l’Agence QMI.

«Les enfants invisibles» est disponible ce mardi dans la section VÉRO.TV d’ICI TOU.TV EXTRA.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.