/news/health
Navigation

Fin des primes COVID: jusqu'à 1800$ de moins par mois pour une infirmière

Des infirmières verront leur salaire amputé, au grand dam des syndicats

hopital-verdun-covid
Photo d’archives, Hugo Duchaine Deux infirmières qui travaillaient en zone rouge pour la COVID-19 à l’hôpital de Verdun, à Montréal, préparaient la médication du midi pour les patients lors d’une visite du Journal le 11 février 2021.

Coup d'oeil sur cet article

Avec la fin de nombreuses «primes COVID» la semaine dernière, une infirmière pourrait empocher 1800 $ de moins chaque mois. La fin de ces incitatifs financiers fait craindre la désertion de travailleurs, au moment même où les effectifs seront réduits pour la période estivale.

• À lire aussi: Hécatombe dans les CHSLD: «Des décennies de politiques publiques défaillantes» pointées du doigt

• À lire aussi: «Zéro COVID» à Shanghai, mais le confinement continue

Plusieurs primes importantes ont pris fin samedi dernier, après un report ce printemps. Adieu, donc, la «prime escalier» de 1000 $ par mois pour inciter le personnel à travailler à temps plein. 

Bye, bye, également, les primes de 4 % et 8 % en raison de la pandémie. Le taux double pour les heures supplémentaires est également revenu à un facteur de 1,5, et il n’est plus possible d’accumuler une demi-journée de vacances par quart de travail additionnel. 

Denis Cloutier, président du Syndicat des professionnelles en soins de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, donne l’exemple d’une infirmière qui offrait deux journées d’heures supplémentaires par semaine. 

«Approximativement, depuis dimanche dernier, elle va gagner 1800 $ de moins par mois», dit le représentant de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, principal syndicat des infirmières. 

Crainte d’un exode

Son syndicat demande donc au ministre de la Santé de rétablir les incitatifs financiers, au moins pour l’été. «Ça contribuait à faire diminuer le recours au temps supplémentaire obligatoire», explique Denis Cloutier.  

Maintenant, il craint un exode des travailleurs de la santé vers le privé, où les salaires et les conditions sont alléchants. Les vacances estivales signifieront aussi un fardeau plus important sur les épaules de celles qui restent. 

Le constat est similaire dans la Capitale-Nationale, où on estime que Québec aurait pu attendre une diminution significative des infections dans les hôpitaux.

«On travaille encore avec des zones rouges. On doit encore se protéger avec des équipements de protection individuelle», dit Caroline Verret, présidente par intérim du Syndicat des travailleuses et des travailleurs du CHU de Québec-CSN. 

«Les travailleurs ont peur que leurs collègues partent en maladie des trois mois, quatre mois, cinq mois pour aller se reposer», ajoute-t-elle.  

Le président du Syndicat des travailleuses et des travailleurs du CIUSSS de la Capitale-Nationale (CSN), Richard Boissinot, s’attend à de fortes réactions lors de la prochaine paie dans trois semaines. «Je suis sûr que ça va réagir», dit-il.  

Une mesure annoncée

Au cabinet du ministre de la Santé, on fait valoir que la fin des primes a été annoncée il y a plus de deux mois. 

Par ailleurs, d’autres incitatifs demeurent, comme ceux de 12 000 $ à 18 000 $ pour convaincre les infirmières de demeurer dans le réseau et ceux consacrés à l’éloignement, aux quarts de soir et aux fins de semaine. 

— Avec la collaboration de Diane Tremblay

Des primes qui disparaissent   

  • Prime COVID-19 de 4 % et de 8 %  
  • Montant forfaitaire en « escalier » pouvant atteindre 1000 $ par mois pour favoriser la présence au travail  
  • Taux double pour les heures supplémentaires   
  • Accumulation d’une demi-journée de vacances par quart de travail additionnel  
  • 100 $ pour les salariées à temps partiel qui effectuent plus de 30 heures par semaine  
  • Remboursement des frais de taxi lors d’heures supplémentaires  
  • Rémunération à 150 % pour les cadres qui effectuent un remplacement  
  • Repas gratuit ou une compensation de 15 $ lors d’heures supplémentaires  
  • Remboursement des frais de stationnement    

Des primes qui restent   

  • Montants de rétention forfaitaires allant de 12 000 $ à 18 000 $  
  • Prime pour s’établir en région éloignée  
  • Allocation temporaire de soutien pour les cadres œuvrant auprès du personnel en soins infirmiers  
  • Assouplissement sur les prestations de retraite prévues pour un cadre retraité réembauché  
  • Montants forfaitaires qui visent les résidences privées pour aînés et les congrégations religieuses  
  • Prime pour l’ajout de quarts de fin de semaine  
  • Prime pour un changement de quart de travail de jour vers un quart défavorable  
  • Remboursement des frais de permis d’exercice, lorsque cela est applicable    

Source : ministère de la Santé

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.