/sports/hockey
Navigation

Don Cherry et Ron MacLean : une amitié brisée à jamais

Don Cherry et Ron MacLean : une amitié brisée à jamais

Coup d'oeil sur cet article

Don Cherry n’oubliera jamais que Ron MacLean lui a tourné le dos lorsque le réseau Sportsnet l’a congédié en 2019 à la suite de commentaires racistes, estimant que leur longue amitié est enterrée à jamais.

Les deux hommes se sont côtoyés pendant 33 ans comme coanimateurs du segment Coach’s Corner de l’émission Hockey Night in Canada. Or, cette amitié a pris fin abruptement lorsque MacLean a appuyé la décision de la chaîne de mettre l'ancien entraîneur des Bruins de Boston à la porte. 

«Je crois vraiment au Seigneur, et le Seigneur dit pardonne et oublie. Je ne sais pas. Je ne pense pas que je ne pourrai jamais oublier. Mais je n’ai pas d’animosité envers lui», a laissé entendre Cherry, dans une entrevue avec le quotidien Toronto Sun.

«Je ne pense pas que nous serons à nouveau amis. Je ne pense pas que nous serons à nouveau amis, a-t-il répété. Vous ne pouvez pas être amis et... non. C’est dommage, car nous avons été ensemble [longtemps]. Nous avions du plaisir.»

Coquelicots 

Le 9 novembre 2019, Cherry a tenu des propos controversés envers les immigrants, qu’il accusait de ne pas acheter assez de coquelicots à l’approche du jour du Souvenir.

«Vous qui venez ici, vous aimez notre manière de vivre, notre lait, notre miel. [...] Vous pourriez au moins payer quelques dollars pour acheter des coquelicots ou quelque chose du genre», avait-il lancé à Coach’s Corner.

Si MacLean n’a pas réagi sur le coup, il a pris la parole après le congédiement de Cherry. «Don Cherry a fait une remarque blessante, discriminatoire, et qui ne reflète pas ce que représente Rogers ou Sportsnet. Nous savons que la diversité est une force du pays. Je vous dois aussi mes excuses. J’étais là, je n’ai pas réagi et je n’ai pas répondu. [...] Je crois que c’est une bonne leçon pour Don et moi. Nous avons eu tort et je m’en excuse sincèrement.»

Il ne s’agissait pas d’une première controverse pour Cherry, qui a souvent ciblé les Québécois et les francophones. Il avait notamment appuyé la décision d’Eric Lindros de ne pas évoluer pour les Nordiques de Québec et critiqué le choix du skieur québécois Jean-Luc Brassard comme porte-drapeau du Canada lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Nagano en 1998.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.