/finance/news
Navigation

Inutile, l’assurance «décès accidentel»

Quality control and product satisfaction research check tiny person concept
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Dire qu’il s’agit d’une arnaque serait excessif. Après tout, ça ne coûte souvent qu’une poignée de dollars par mois. 

Je parle de l’assurance vie « décès accidentel ». 

Pourquoi est-ce un produit financier à éviter malgré son coût dérisoire ? 

Payante mort accidentelle

Son nom le dit, il s’agit d’une assurance vie qui paie une indemnité lorsque le décès résulte d’un accident.

On peut souscrire une telle police, sans autre protection. Le plus souvent, ceux qui y adhèrent le font par l’intermédiaire d’un « avenant », un extra rattaché à une police d’assurance vie temporaire. Ce type de protection est répandu dans les régimes d’assurance collective. 

Si la mort survient après un face-à-face en voiture, par exemple, l’assureur paiera davantage. Certaines polices peuvent bonifier l’indemnité encore plus si, par exemple, on expire son dernier souffle après un accident en transport collectif... Connaissez-vous bien des gens qui ont quitté ce bas monde après une fatale embardée d’autobus ?  

« Ces contrats vont payer dans des circonstances vraiment rares et ils prévoient de nombreuses exclusions. Un assuré peut décéder des suites d’un accident sans rien recevoir », souligne Caroline Désy, conseillère en sécurité financière chez BGY services financiers intégrés. 

Évidemment, cette option se paie par un surcroît de prime, pratiquement un cadeau à l’assureur. Notez quand même l’ironie. Avec un peu de chance, vous pourriez rendre l’âme de la bonne manière ! 

Avec un billet de loterie, les probabilités ne sont sans doute pas meilleures, mais si on gagne, on profitera du jackpot de son vivant. 

Le besoin d’assurance

L’assurance vie n’est pas un jeu de hasard, elle répond à un besoin. Elle sert à garantir une protection financière à ceux qui dépendent d’un pourvoyeur, au départ de ce dernier. On doit évaluer ce besoin (en dollars) et souscrire une police qui paiera ce qu’il faut pour le combler, quelle que soit la raison du décès. 

« Le besoin ne varie pas en fonction de la cause du décès, et on doit toujours privilégier le produit qui offre la protection la plus large », rappelle le planificateur financier Denis Preston. 

Pour ce qu’elle en coûte, pourquoi se passer de l’assurance « décès accidentel » ? « Ce n’est pas bon du point de vue de la littératie financière ou de la finance comportementale. Les gens contractent des assurances inutiles. Ça détourne l’argent qui pourrait servir à l’épargne et ça développe une mentalité de spéculation », croit Denis Preston.

Alors, si le vendeur d’assurance vous offre un « p’tit extra avec ça », vous saurez quoi répondre. 

Les arguments de vendeurs

  • « Vous êtes jeune, vous courez plus de risques de mourir d’un accident. » C’est vrai, on meurt moins souvent de maladie lorsqu’on est jeune, mais une assurance vie temporaire standard fait amplement le travail. Notez que les décès résultant de la pratique d’un sport extrême sont exclus de ces contrats. 
  • « Vous n’êtes plus assurable. » Une assurance « décès accidentel » ne tient pas compte des antécédents médicaux et de l’état de santé, car elle ne paie pas à la suite d’une mort naturelle. Votre trépas doit résulter d’un accident, et encore, l’événement ne doit pas faire partie des exclusions. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.