/sports/baseball
Navigation

Un gros merci à Springer et Berrios

La troupe de Charlie Montoyo n’a besoin que de trois points pour l’emporter

BBA-BBO-SPO-SEATTLE-MARINERS-V-TORONTO-BLUE-JAYS
Photo AFP George Springer, Bo Bichette et leurs coéquipiers des Jays ont pu jouer hier soir dans un stade ouvert, laissant entrevoir la tour CN.

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Les bâtons pourtant si puissants des Blue Jays résonnent peu en ce début de saison, mais ce n’était pas trop grave contre les Mariners de Seattle, hier. Ils n’ont eu qu’à inscrire trois points pour ajouter une 20e victoire à leur fiche.

• À lire aussi: Du plaisir pour chasser la pression

Dans ce gain de 3 à 0 au Rogers Centre, c’est George Springer qui a joué les héros tôt dans le match.

Alors que les coussins étaient remplis en fin de deuxième manche, le vétéran de 32 ans a frappé l’offrande du partant Logan Gilbert par-dessus Adam Frazier, qui protégeait le deuxième but. 

Cette claque réalisée après deux retraits a permis à Alejandro Kirk, Matt Chapman et Santiago Espinal de croiser tour à tour le marbre.

Le toit ouvert du Rogers Centre permettait d’entrevoir la tour CN, mais laissait aussi entrer des courants d’air frisquet dans le stade.

Malgré cela, le bras de José Berrios est demeuré bien chaud tout du long. 

En sept manches de travail, le partant des Jays s’est contenté de donner six coups sûrs et deux buts sur balles, tout en réussissant quatre retraits sur des prises. 

La victoire est ainsi allée à sa fiche, la portant à 3-2. Le droitier mettait du même coup fin à une séquence de deux revers.

C’était aussi la première fois que les Jays signaient deux gains de suite depuis le début du mois. La veille, ils avaient eu le dessus 6 à 2 sur les Mariners. 

Toro revient en force 

Absent de la formation partante des Mariners hier, le Québécois Abraham Toro a fait son entrée dans le match en huitième manche.

Après avoir affiché un triste 0 en 5, lundi, dans le rôle de premier frappeur, le Longueuillois de 25 ans s’est bien repris. 

Toro a claqué un simple à sa première présence au bâton, une balle que le voltigeur Raimel Tapia a été incapable de saisir.

Sa frappe a poussé Mike Ford au deuxième but et a mis un terme à la belle soirée de Berrios.

Les trois frappeurs suivants n’ont toutefois rien pu faire face à David Phelps, appelé en relève. 

La défaite est allée à la fiche de Gilbert (4-2), qui, en sept manches, a donné trois points et six coups sûrs, ainsi que deux buts sur balles. 

Gilbert a tout de même passé neuf adversaires dans la mitaine dans ce revers.

Vers le balayage 

Bo Bichette et Vladimir Guerrero fils sont demeurés plutôt sages, réussissant chacun un coup sûr.

Les Jays (20-17) tenteront de compléter le balayage ce soir. 

Kevin Gausman devrait être le partant pour Toronto et Marco Gonzales celui des Mariners (16-20). 

Mais où est Robbie Ray

BBA-BBO-SPO-SEATTLE-MARINERS-V-TORONTO-BLUE-JAYS
Photo AFP

 

La présente série contre les Mariners de Seattle devait marquer le retour de Robbie Ray dans la Ville Reine, dans son nouvel uniforme.

Mais le plus récent vainqueur du trophée Cy-Young dans l’Américaine est introuvable au Rogers Centre... car il n’a pas fait le voyage vers Toronto. 

Sans confirmer son statut vaccinal à un journaliste du Seattle Times qui le questionnait à ce sujet lundi, le gérant des Mariners, Scott Servais, a répondu que Ray serait en uniforme plus tard cette semaine à Boston, pour affronter les Red Sox.

Avant de quitter New York vers Toronto, Servais avait confirmé que « quelques joueurs » de son équipe ne pourraient faire le déplacement vers le Canada en raison des règles concernant la vaccination, sans entrer dans les détails.

Ray semble donc être l’un de ceux-là.

Quarantaine obligatoire 

Depuis quelques mois, les athlètes professionnels ou amateurs désirant venir au pays doivent se soumettre aux mêmes règles que les voyageurs : ils doivent être adéquatement vaccinés contre la COVID-19.

Sinon, ils sont placés en quarantaine pendant 14 jours... ce qui n’est pas optimal pour un joueur de baseball qui reste trois jours au Canada.

Retrouvailles cet été 

Parmi les autres joueurs des Mariners qui n’ont pas fait le déplacement vers l’Ontario se trouve le releveur Drew Steckenrider.

Les retrouvailles entre Ray et l’équipe avec laquelle il a tant brillé l’été dernier (13-7, moyenne de points mérités de 2,84) se feront donc au début du mois de juillet, quand les Blue Jays iront passer quelques jours à Seattle, dans l’État de Washington. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.