/finance/news
Navigation

Frais supplémentaires: surveillez le prix de vos billets d’avion

Frais supplémentaires: surveillez le prix de vos billets d’avion
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La flambée des prix du carburant des derniers mois pourrait causer toute une surprise à certains voyageurs puisque les compagnies aériennes peuvent exiger des frais supplémentaires jusqu’à 30 jours avant le départ.

• À lire aussi: Prix de l’essence: les pétrolières dans la ligne de mire des néodémocrates

• À lire aussi: Il n’y a pas que le PQ qui fait fausse route!

• À lire aussi: Le PQ veut plafonner le prix de l’essence à 1,60 $

«Si les transporteurs le font, ils vont se mettre à dos les consommateurs», a indiqué Luc Laflamme de Voyage Vasco Spatial. «Cela me fâche si nous sommes obligés de le faire, car il y a des clients qui vont débarquer ici.»

Ces derniers jours, l’Office de la protection du consommateur (OPC) a publié un communiqué pour rappeler qu’une agence de voyages peut, selon le Règlement sur les agents de voyages, imposer aux clients un tarif additionnel si un transporteur réclame des frais supplémentaires pour le carburant.

Cela signifie que même si le contrat est signé et que le voyage est payé, une nouvelle facture pourrait venir s’ajouter pour le prix du carburant.

Cette clause doit toutefois se retrouver dans le contrat et le voyageur doit avoir été prévenu verbalement lors de la signature, sauf pour un achat par internet, prévient l’OPC qui a publié ce communiqué après avoir reçu «quelques appels de consommateurs qui avaient des questions sur ce sujet».

Si le montant supplémentaire réclamé dépasse 7 % du prix du voyage avant les taxes, le voyageur pourra se faire rembourser, s’il le souhaite.

Pas de cas

Jusqu’à présent, M. Laflamme affirme ne pas avoir dû charger de sommes additionnelles à ses clients, malgré les augmentations des derniers mois. Il raconte toutefois avoir déjà dû le faire dans les années 90 lors de la guerre du Golfe et que plusieurs personnes avaient été furieuses.

«C’était des hausses de 20 $ à 30 $ à cette époque», se remémore-t-il.

Le président de l’Association des agents de voyages du Québec, Moscou Côté, n’a encore jamais eu à appliquer cette réglementation mise en place en 2010.

«Cela vient créer une insécurité et une frustration non seulement chez les consommateurs, mais aussi chez les agents de voyages», a-t-il souligné.

Plusieurs facteurs pourraient influencer cette surcharge, notamment le modèle de l’avion, le nombre de passagers, la destination et le montant de la hausse du carburant. Il n’y a pas de pourcentage minimum ou maximum qui peut être chargé.

«Je pense que les gens commencent à s’inquiéter, car plusieurs ont fait l’achat d’un voyage pour 2023 au prix actuel. Les gens se demandent s’ils seront victimes d’une augmentation», a confié M. Laflamme.

Ce dernier a rappelé que des plans d’annulation ou de modification offerts aux voyageurs, comme l’Option Flex d’Air Transat, permettent notamment d’éviter une surcharge après la signature du contrat.

La réglementation prévoit aussi que les transporteurs peuvent exiger un surplus 45 jours avant de partir en fonction d’un bond du taux de change.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.