/finance/news
Navigation

Il y a un prix à payer pour acheter des actions américaines

USA. America stock market exchange / New york stock market analysis forex indicator of changes graph
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Je vous faisais part récemment de la monumentale débarque boursière subie par quelques actions d’entreprises américaines de technologie. Je n’ai pas le droit de faire de recommandations, mais parmi les éclopées citées, certaines me semblent approcher de la zone « achat » tellement elles ne sont pas chères. 

Je ne suis pas seul à humer l’odeur des aubaines. 

Le lecteur Martin aussi. Au rythme où ça descend, quelques titres seront bientôt assez mûrs pour en faire le plein, constate-t-il. Même s’il détient déjà des actions américaines, il s’interroge pour la première fois sur les frais de conversion de devises.

« Jusqu’où se fait-on avoir avec ça ? Est-il préférable d’ouvrir un compte en devises américaines pour acheter et vendre des actions américaines ? »

Investir aux États-Unis

Je ne me suis jamais trop bâdré avec ça, du temps que je gérais moi-même mes affaires. J’ai toujours été du genre à rester assis sur mes positions. 

La question n’est pas moins pertinente, particulièrement ces jours-ci où on doit se montrer imaginatif pour épargner de l’argent. 

Éviter le marché américain ? 

Ce n’est pas sérieux. 

Mais quand on achète directement des actions de Disney, Microsoft ou Tesla, il y a prix à payer supplémentaire pour convertir les devises. Notez qu’avec les fonds négociés en Bourse, on n’a pas ce problème.

Les frais de conversion

Les frais sont rarement indiqués noir sur blanc, ils sont généralement intégrés aux taux de change. Si on ignore le taux officiel, qui varie en continu, on n’a pas vraiment une idée de ce qu’il en coûte.  

Il y a quelques mois, le Globe & Mail a demandé à 13 courtiers en ligne, dont ceux de Desjardins et de la Banque Nationale, de fournir le coût en devises canadiennes d’un investissement en actions américaines de 15 000 dollars américains. Ça tournait autour de 19 400 $, à l’exception de Questrade et Interactive Brokers qui se détachaient nettement avec des prix respectifs de 18 818 $ et 19 050 $. On parle d’un écart qui peut atteindre 600 $ pour une transaction certes significative, mais standard. (Au 31 décembre au soir, 1 $ US coûtait 1,26 $ CA. L’exercice a été mené le matin).

Le problème, c’est que les frais sont appliqués aussi bien à l’achat qu’à la vente. Pour un investisseur qui achète et conserve ses actions (buy and hold), ça peut sembler un moindre mal. Pour celui qui négocie souvent, ces frais affectent sérieusement les rendements. 

Un compte en dollars US

La solution, c’est d’ouvrir un compte en $ US. L’inconvénient : on doit gérer deux comptes, un canadien et un américain. 

La majorité des grandes plateformes proposent cette option, à l’exception notable de Wealthsimple, qui facture 1,5 % en frais de conversion, des frais qu’on peut éviter moyennant un abonnement à 10 $ par mois.

« Avec le compte en dollars US, on paye une fois les frais de conversion lorsqu’on y dépose des fonds. On pourra ensuite acheter et vendre des titres dans le compte sans payer chaque fois. Quand on voudra sortir des liquidités du compte pour avoir des dollars canadiens, là, les frais vont s’appliquer », explique le daytrader François J.-Dubois, fondateur du groupe Facebook D*Trading, qui rejoint 15 000 passionnés de la Bourse. 

Les liquidités en dollars US, tout comme les titres américains d’ailleurs, exposent l’investisseur québécois aux fluctuations de change. Quand la devise américaine prend de la vigueur, ça atténue la descente des actions américaines (en dollars canadiens). Par contre, ça augmente le coût d’acquisition des titres.

C’est le prix à payer pour investir sur le marché boursier le plus diversifié et dynamique de la planète. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.