/sports/tennis
Navigation

Swiatek, la numéro 1 mondiale qui ne sait plus perdre

La Polonaise arrive à Roland-Garros avec 28 victoires consécutives à son palmarès

TENNIS-ITA-WTA-2022
Photo AFP Iga Swiatek ne cesse de cumuler les honneurs comme au tournoi de Rome où elle pose avec le trophée après sa conquête.

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | Il y avait longtemps que le tennis féminin n’avait plus eu une reine aussi incontestée que la Polonaise Iga Swiatek, qui se présente à Roland-Garros forte d’une incroyable séquence de 28 victoires consécutives. 

• À lire aussi: Paris fond pour la sensation Alcaraz

• À lire aussi: L’occasion de s’amuser

• À lire aussi: La pause salvatrice d’Andreescu

Qatar, Indian Wells, Miami, Stuttgart, Rome : la joueuse de 20 ans seulement n’a plus perdu depuis la mi-février, quand la Lettone Jelena Ostapenko l’avait battue au bris d’égalité de la troisième manche, à Dubaï. 

En annonçant sa retraite à la fin de mars, l’Australienne Ashleigh Barty lui a légué son trône de première mondiale. Mais, à la lumière de cette improbable séquence, la Polonaise allait de toute façon se retrouver plus tôt que tard au sommet du palmarès.

Ses 28 victoires de suite, c’est une de plus que ce qu’avait fait il y a sept ans l’Américaine Serena Williams, la joueuse la plus dominante des années 2000.

Et pendant la quinzaine, Swiatek pourrait dépasser la Belge Justine Henin, qui avait cumulé 32 gains de suite en 2007, selon un décompte effectué par le magazine sportif L’Équipe. 

Dans sa mire se trouvent également les 34 victoires d’affilée de la cadette des Williams, en 2013, et les 35 de suite de son aînée Venus, en 2000. 

Il lui en faudra certes beaucoup plus pour égaler l’incroyable séquence de la légendaire Martina Navratilova, qui, entre 1983 et 1984, n’a pas connu la défaite en... 74 rencontres. 

Pas le cœur brisé

Mais Swiatek ne semble pas trop s’en formaliser. Car à l’aube de sa rentrée parisienne – elle affrontera lundi l’Ukrainienne Lesia Tsurenko, 121e au monde –, et malgré ces succès, la jeune joueuse dit ne pas s’être fixé d’objectif précis pour le tournoi. 

« Je suis consciente que ma série de victoires pourrait bien s’arrêter et je ne veux pas avoir le cœur brisé quand ça se passera, a-t-elle raconté en conférence de presse, vendredi. Je pense qu'être consciente que ça va s’arrêter un jour est plutôt sain ! » 

Pourtant, c’est à Paris, il y a deux ans, que la planète a découvert le talent de Swiatek, quand elle y a remporté, à 18 ans, son premier titre majeur. 

Alors 54e mondiale, Swiatek était une autre de ces championnes en Grand Chelem inattendues qui ont fait les manchettes dans le tennis féminin au cours de la dernière décennie. 

Deux ans plus tard, elle est devenue la championne la plus attendue depuis fort longtemps. 

Vendredi, la Japonaise Naomi Osaka, elle-même une ancienne numéro 1, a raconté qu’elle a fait des cauchemars à l’idée de devoir l’affronter dès le premier tour ! 

Mais malgré ce nouveau statut, malgré sa série sans défaite et la pression qui l’accompagne, la jeune étoile affirme être dans un très bon état d’esprit en ce moment.

« J'ai vraiment des pensées positives, a-t-elle pointé. À certains moments lors de tous ces tournois, j'étais un peu stressée au sujet de ma séquence de victoires, mais j'ai réussi à faire un très bon travail pour me concentrer sur le tennis. » 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.