/lifestyle/books
Navigation

Un livre-jeu aux multiples aventures et combinaisons !

Audrée Archambault
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Qui dit camp de vacances, dit fous rires et histoires effrayantes autour du feu ! Et si, cet été, le camp était plutôt l’occasion de découvrir une cité disparue... L’autrice Audrée Archambault présente un concept original et amusant, avec sa série de livres-jeux Éléalix. 

Comment est née l’idée d’un livre-jeu ?

J’en ai eu l’idée après avoir obtenu une bourse pour faire une résidence dans une école primaire. Je devais avoir un projet personnel sur lequel travailler, pour faire évoluer ma démarche d’écriture. J’avais décidé d’étudier le livre Dont vous êtes le héros. Cependant, dans ma série, le lecteur n’est pas lui-même le héros ; il est plutôt maître de l’histoire !

Audrée Archambault
Photo courtoisie

Créer un livre-jeu, ça doit être assez complexe !

J’adore l’univers que j’ai créé, mais c’est aussi le projet littéraire qui m’a causé le plus de maux de tête (rires) ! Il faudrait que je vous montre mon plan... Ça ressemble à une grande toile d’araignée, avec mille chemins qui s’offrent aux lecteurs ! Dans Éléalix, il y a des relations entre les personnages et des chicanes. Selon le chemin que prend le lecteur, celles-ci se règlent ou non. Je dois ainsi m’assurer que le côté psychologique et l’amitié évoluent en même temps que la quête ! En tout, il y a huit dénouements possibles, dans le premier tome d’Éléalix.

À quoi peut-on s’attendre du second tome, Le secret des Tututcho, qui vient de paraître ?

Je pense que les Tututcho, c’est un élément qui a piqué la curiosité, dans le premier tome... Cette créature mi-tortue, mi-oiseau ! Ainsi, les personnages sont vraiment à la recherche des Tututcho, alors qu’au départ, ils en étaient plus à se demander si la légende d’une cité disparue existe réellement. Il y a encore beaucoup d’action dans ce tome et on craint pour la vie des personnages... Le dernier volet de la trilogie Éléalix devrait paraître au printemps 2023.

Audrée Archambault
Photo courtoisie

Le point de départ de l’histoire d’Éléalix est un camp de vacances. Avez-vous fréquenté des camps, durant votre enfance ?

Pas du tout ! Ma mère était enseignante, alors l’été, on était avec elle à la maison. Je pense justement, en tant qu’enfant, que les camps de vacances avaient quelque chose qui me faisaient rêver, parce que j’imaginais tous mes amis en camp, sans leurs parents et pouvant faire un peu ce qu’ils veulent (rires) ! Ça a vraiment stimulé mon imagination.

Quel est votre incontournable autour d’un feu de camp ?

Je n’ai pas fréquenté les camps, mais j’y ai déjà travaillé. On m’avait appris à faire de la banique. C’est une recette avec de la farine et des pépites de chocolat, entre autres, qu’on fait cuire sur le feu dans un papier d’aluminium. Ça donne une pâte, comme un pain. Je trouvais ça excellent, car je ne suis pas une fan de guimauves grillées sur le feu de camp !


Avis aux intéressés, pour la recette de banique : cuisinez.telequebec.tv/recettes/1524/banique-ou-pain-du-campeur 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.