/finance/opinion/columnists
Navigation

Votre bazou vaut de l'or !

auto
Photo courtoisie La pénurie de véhicules usagés est encore plus sévère aux États-Unis. Des acheteurs américains viennent, par conséquent, faire des emplettes chez nous, ce qui contribue à la croissance des prix.

Coup d'oeil sur cet article

Après les « flips » immobiliers, voici venu le temps des « flips » automobiles ! Le prix des véhicules d’occasion monte de façon vertigineuse, et de plus en plus de propriétaires en profitent !

Vous l’avez souvent entendu, un véhicule neuf perd environ 30 % de sa valeur lorsqu’il quitte le stationnement du concessionnaire. Eh bien, oubliez cela ! Par les temps qui courent, votre bolide représente un investissement plus lucratif que la Bourse.

Denis Leclerc.
Président 
d’ALBI le Géant
Photo Agence QMI, Pascale Lévesque
Denis Leclerc. Président d’ALBI le Géant

« Un VUS comme le KIA Telluride qui sort du concessionnaire va s’apprécier de 5 % à 10 % », m’a cité en exemple le président d’ALBI le Géant, Denis Leclerc. À heure des pénuries de pièces et de véhicules, le retour à la normale, ce n’est pas pour demain. « Avec les problèmes des chaînes d’approvisionnement, on anticipe des perturbations pour encore un an ou deux. » 

Oubliez donc la dépréciation d’un véhicule neuf ! Il prend désormais de la valeur de semaine en semaine. Ç’a aussi un effet sur les véhicules d’occasion. Selon la firme spécialisée Canadian Black Book, leur valeur a augmenté d’environ 50 % depuis un an.

Mon expérience

Permettez-moi de témoigner d’une expérience personnelle. À l’hiver 2020, je me suis offert en location un véhicule utilitaire sport (VUS) neuf. Sans identifier la marque, il s’agissait d’un modèle de base, d’une marque parmi les plus abordables. 

À ma grande surprise, un an plus tard, j’ai reçu une offre que je ne pouvais pas refuser. Le concessionnaire m’offrait de racheter mon véhicule pour près de 10 000 $ de plus que ce que je l’avais payé ! 

Bref, j’estime avoir réalisé un rendement de plus de 20 % sur le VUS, si je retranche les dépenses liées aux entretiens, comme les changements d’huile et de pneus. Et même en calculant le prix de l’essence, j’ai réalisé un gain financier ! 

J’ai donc profité de ce coup d’argent pour louer un nouveau véhicule avec une mise de fonds qui m’a permis de réduire de 30 % ma facture mensuelle. Ce n’est pas rien ! 

Flip automobile

Vraisemblablement, je suis loin d’être le seul à avoir flairé la bonne affaire. De plus en plus d’acheteurs réservent des véhicules afin de réaliser des profits à la revente. 

Par exemple, des modèles 2022 Hyundai Ioniq 5 ou Ford F-150 neufs sont affichés sur des sites de revente entre 10 000 et 20 000 dollars plus chers que le prix des concessionnaires. Et les acheteurs semblent se manifester rapidement pour mettre la main dessus. 

Si on assiste à une telle surchauffe, c’est que la pénurie de véhicules neufs atteint des sommets inégalés. 

« C’est du jamais-vu, confirme le PDG d’ALBI le Géant. Notre concessionnaire Mazda présente habituellement 150 voitures dans la salle d’exposition. On en a 15 en ce moment. »

Spéculation

Plus que jamais, les concessionnaires sont aux aguets pour éviter de vendre des véhicules neufs à des spéculateurs qui n’espèrent qu’une chose : faire un profit. 

« On pose plus de questions », m’a confirmé Denis Leclerc.

Certains acheteurs proviennent même des États-Unis pour acheter des bolides et les revendre à fort prix chez nos voisins du sud, où la pénurie est même plus sévère qu’ici. Ce nouveau phénomène participe à la flambée des prix. 

Entre les confinements en Chine qui touchent un important exportateur de pièces automobiles, et les chaînes d’approvisionnement éprouvées par l’invasion russe en Ukraine, le retour à la normale, ce n’est pas pour bientôt. 

Interdiction de revente 

La situation est tellement rendue folle, que plusieurs fabricants comptent interdire carrément la revente de leurs véhicules.

En constatant la forte popularité de son F-150 Lightning électrique, et la faible quantité d’exemplaires, Ford a instauré une clause de non-revente durant la première année. Un propriétaire pourrait donc faire face à des poursuites judiciaires s’il met en vente sa camionnette sur le marché de l’occasion.

Qui aurait cru, un jour, qu’un véhicule neuf se révélerait un meilleur investissement qu’un placement à la Bourse. À notre époque, c’est pourtant bel et bien la réalité !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.