/entertainment/movies
Navigation

Festival de Cannes: baptême de feu réussi pour Charlotte Le Bon

La Québécoise a reçu un accueil chaleureux à Cannes

FRANCE-FILM-FESTIVAL-CANNES
Photo AFP Charlotte Le Bon

Coup d'oeil sur cet article

Charlotte Le Bon flottait encore sur un nuage lundi, au lendemain de la première mondiale de son film Falcon Lake, à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes. Après avoir souvent brillé sur la Croisette en tant qu’actrice, la Québécoise a amorcé sa carrière de réalisatrice sur les chapeaux de roue.

• À lire aussi - Cannes: le nom de 129 victimes de féminicides s'affiche sur le tapis rouge

• À lire aussi - Il décède à Cannes quelques heures avant la présentation de son film

Seul long métrage québécois sélectionné à Cannes cette année, Falcon Lake a été présenté dimanche soir dans un Théâtre de la Croisette rempli à craquer (plus de 700 spectateurs). Charlotte Le Bon et l’équipe de son film (dont l’actrice québécoise Sara Montpetit) ont eu droit à des applaudissements bien nourris à la fin de la projection. Très élogieuses, les critiques publiées dans la presse internationale dans les heures suivantes sont venues compléter ce triomphe.  

« Je flotte encore, a lancé Charlotte Le Bon dans un entretien téléphonique accordé au Journal lundi. Pour être très honnête avec vous, on dirait que je ne réalise pas trop ce qui se passe en ce moment. J’ai l’impression que tout va prendre un peu plus de sens quand je vais m’éloigner de la folie du festival. Mais en ce moment, je n’arrive pas trop à identifier les émotions qui m’habitent. »

Tourné l’an passé dans les Laurentides, Falcon Lake réunit à l’écran Sara Montpetit, Joseph Engel, Monia Chokri et Karine Gonthier-Hyndman. Librement adapté du roman graphique Une sœur, de Bastien Vivès, le film raconte l’histoire d’un adolescent parisien de 13 ans qui va passer l’été avec sa famille dans un chalet près d’un lac, au Québec. Un jeu charnel étrange se développera entre lui et la fille d’une amie de sa mère, âgée de 16 ans.

Consécration

Charlotte Le Bon, qui fait carrière en France depuis plusieurs années, était bien entourée pour cette soirée très spéciale. Plusieurs amis et membres de sa famille – dont sa mère, la comédienne Brigitte Paquette – ont fait le voyage sur la Côte d’Azur pour assister à l’événement. 

« La réaction du public a été excellente, relate l’actrice et réalisatrice de 35 ans. Je dirais que ce qui m’a fait plus plaisir pendant la projection, ce sont les rires dans la salle. Avant dimanche, j’avais seulement montré le film à un groupe de sept personnes. Mais là, de le montrer à plus de 700 personnes qui éclatent de rire à certains moments, c’était une tout autre expérience. J’ai redécouvert le film à travers les yeux et les réactions des spectateurs. Ça m’a fait plaisir. J’ai l’impression d’avoir fait un film plus drôle que je pensais. »

Avec cette sélection à Cannes, Charlotte Le Bon pouvait difficilement trouver une meilleure façon de lancer officiellement sa carrière de cinéaste. « C’est une consécration ultime et un cadeau inouï d’avoir été invitée à présenter mon premier film à Cannes, insiste-t-elle. Je suis tellement honorée de faire partie de cette sélection. »


Falcon Lake devrait prendre l’affiche au Québec l’automne prochain.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.