/news/society
Navigation

Nouvelle loi 96: elle ne regrette pas son appel au boycott d'une boulangerie française de Montréal

On n’avait jamais refusé de la servir en anglais

Coup d'oeil sur cet article

La Québécoise anglophone à l’origine de l’appel au boycottage viral d’un boulanger de Montréal, qui aurait refusé de servir des clientes en anglais, affirme n’avoir aucun regret au lendemain de la controverse qu’elle a créée. 

« Je me suis dit Oh my god, quand c’est arrivé. J’étais triste de voir qu’il refuse de servir en anglais à Montréal. Je n’avais jamais vu ça dans ma Belle Province avant », déplore Elaine Dubow Harris, parfaitement bilingue.

Photo Francis Pilon

Cette résidente de Westmount a voulu donner sa version des faits après avoir lu dans Le Journal le témoignage de Jérôme Moutonnet, propriétaire de la boulangerie Brioche Dorée.

Ce dernier a accusé lundi Elaine Dubow Harris de mener une campagne de salissage sur les réseaux sociaux contre son commerce après avoir dit une seule phrase dans la langue de Molière à une cliente anglophone.     

Jérôme Moutonnet, propriétaire de la boulangerie Brioche Dorée
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Jérôme Moutonnet, propriétaire de la boulangerie Brioche Dorée

« La vérité, c’est que je suis allée dans son commerce avec des amis qui parlent seulement anglais. Il a refusé de parler dans leur langue. Je lui ai demandé poliment pourquoi. Il m’a répondu que c’était son pays, et qu’ici, on parle français », relate Mme Dubow Harris. 

« Lui, il est Français de France. Moi, je suis une vraie Québécoise née ici. Je parle les deux langues sans problème. Ma grand-mère est une francophone née au Québec en 1892 », rétorque-t-elle, en buvant son thé glacé.  

Elaine Dubow Harris a finalement averti le boulanger qu’il allait perdre sa clientèle anglophone de Westmount, s’il refusait ainsi de parler dans la langue de Shakespeare. 

« Il m’a dit qu’il ne s’en souciait pas et qu’il n’avait pas besoin d’eux », soupire celle qui a vécu plus de 30 ans aux États-Unis.

La résidente de Westmount a aussitôt décidé d’envoyer à 35 amis un courriel ayant pour objet : « La loi 96 m’a frappé en plein visage aujourd’hui ! ». 

Dans ce texte relayé et devenu viral sur les réseaux sociaux, la dame appelait carrément au boycottage de la boulangerie Brioche Dorée. 

« C’était hors de mon contrôle, j’ai reçu tellement de messages. C’était partout sur Instagram et sur Facebook. Je ne comprenais pas », soutient la Montréalaise. 

Mais regrette-t-elle d’avoir ainsi instrumentalisé la loi 96 ? « Non, pas du tout », répond sans hésitation Mme Dubow Harris.  

Manque de politesse

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Contacté à ce sujet, le propriétaire de la Brioche Dorée se défend et affirme que personne n’a « à imposer la langue dans laquelle il sert ses clients ». 

« Tant pis si je perds ma clientèle en anglais. Depuis la controverse, j’ai des gens de partout à Montréal qui viennent me soutenir. L’enjeu ici, ce n’est pas une histoire de langue, mais de politesse », explique Jérôme Moutonnet. 


♦ En vertu de la loi 101 ou de la nouvelle loi 96 adoptée mardi, une entreprise québécoise n’a pas l’obligation de servir sa clientèle en anglais.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.