/opinion/blogs/columnists
Navigation

La wokisation de la France

Pap Ndiaye
AFP Pap Ndiaye

Coup d'oeil sur cet article

La France s’est un temps imaginée immunisée contre l’idéologie woke.  

À bien des égards, elle sait y résister. Mais si elle y résiste, c’est parce que cette idéologie l’attaque aussi. On le voit depuis une semaine avec la querelle entourant la nomination du nouveau ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, un universitaire dont la pensée converge pour l’essentiel avec les thématiques du wokisme. 

Éducation

Pap Ndiaye, par exemple, affirme qu’il y aurait en France un racisme structurel, un racisme systémique. 

Il considère aussi que les populations issues de l’immigration doivent s’inscrire dans l’espace public en misant sur leur couleur de peau, comme s’il fallait d’abord définir la société comme un ensemble de communautés ethnoraciales, et non pas comme une nation dont chacun est citoyen. 

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Fidèle à cette vision des choses, il a proposé, dans un rapport sur l’avenir de l’opéra de Paris, que ce dernier tienne compte de la sensibilité, c’est-à-dire de la susceptibilité, des minorités militantes dans le choix des costumes et la rédaction des textes.

Il souhaite aussi que l’opéra de Paris mobilise de vastes ressources pour trouver à travers le monde des artistes correspondant aux exigences idéologiques du multiculturalisme. Et cela, encore une fois, dans un pays qui refuse de définir ceux qui le composent selon le critère de la couleur de peau. On ne devrait pourtant pas, à l’opéra, se soucier de la couleur de peau du chanteur devant soi, mais de sa voix. Point final. 

  • Écoutez la rencontre Mathieu Bock-Côté et Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 10 h via QUB radio :

Macron

En fait, le nouveau ministre français pense comme un Américain. On le dit très calme. C’est sa force. Il réussit à faire passer pour modérées des idées très radicales. Faut-il rappeler qu’il exercera ses fonctions sous l’autorité ultime d’Emmanuel Macron? 

On peut comprendre qu’en le nommant, ce dernier a confessé quelle est sa vraie vision de l’avenir de la France. Cela en inquiète plusieurs.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.