/news/society
Navigation

Tuerie au Texas: Legault presse Ottawa de resserrer le contrôle des armes de poing

Justin Trudeau promet d’en «faire plus», sans préciser davantage

Tuerie au Texas: Legault presse Ottawa de resserrer le contrôle des armes de poing
Photo Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Au lendemain d’une fusillade qui a fait 21 morts – dont 19 enfants – dans une école primaire du Texas, le premier ministre François Legault presse encore une fois le gouvernement fédéral de resserrer les règles visant les armes de poing et les contrôles aux frontières.

• À lire aussi: Tuerie au Texas: la journée du tireur retracée

«Ça fait longtemps qu'on le demande: il faut resserrer les règles sur les armes de poing, il faut resserrer les règles aux frontières», a martelé le premier ministre avant de se rendre au Salon bleu, mercredi matin. 

«Quel drame au Texas! Épouvantable. Mes pensées accompagnent les familles et les proches des victimes, ainsi que le peuple américain», avait précédemment réagi M. Legault, peu de temps après le massacre, mardi. 

Comme c’est le cas chaque fois, la tuerie a relancé le débat sur le contrôle des armes aux États-Unis. De notre côté de la frontière aussi. 

Le débat relancé chez nous aussi

«Chaque fois qu'il y a des tueries [...] on est sans mots, on voit la désolation pour les parents, on voit la désolation de ce qui se passe, puis on se dit: “Mais comment ça se fait que ça se reproduit, puis ça continue de se reproduire?”» a commenté pour sa part la cheffe de l’opposition officielle, Dominique Anglade. 

«Je ne veux pas faire de mauvaise comparaison, ce n'est pas du tout mon objectif, mais il faut aussi qu'on regarde [...] chez nous, on voit qu'il y a des fusillades qui augmentent, on le voit», a souligné la cheffe libérale, rappelant que des projectiles, encore hier, ont été tirés en direction d’une garderie de Rivière-des-Prairies. 

Mme Anglade réclame davantage d’investissements en prévention, un meilleur contrôle aux frontières et l’élimination des armes de poing. 

«Le pas qu'il faut franchir, c'est celui de l'interdiction des armes de poing, pas seulement municipalité par municipalité, mais sur l'ensemble du territoire canadien», a également insisté le chef parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois. 

Le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon a quant à lui montré du doigt l’absence d’avancées sur la question des armes à feu entre les différents paliers de gouvernement. 

«On a perdu beaucoup de temps, au cours des dernières années, dans une chicane de “est-ce que c'est le municipal, le provincial ou le fédéral qui devrait agir?” [...] Il n'y a pas d'excuses pour ne pas légiférer davantage», a dit M. St-Pierre Plamondon.  

Trudeau promet d’en faire plus

Plus tard dans la journée, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a d’ailleurs réitéré son «engagement de travailler avec les provinces et les municipalités» qui souhaitent «interdire les armes à feu». 

Il reste à voir si Ottawa interviendra de façon égale à travers le pays, où l’on retrouve «un éventail d’opinions et de points de vue» sur l’encadrement des armes à feu. 

«Mais en même temps, les Canadiens sont remarquablement unis dans leur désir de voir moins de violence armée, moins de décès dus à la violence armée à travers le pays», a observé M. Trudeau. 

«Nous avons plus à faire et nous allons en faire plus. On va avoir des annonces à faire dans les semaines à venir sur les prochaines étapes pour garder les Canadiens en sécurité», a laissé planer le chef libéral, sans préciser davantage.

– Avec la collaboration de Guillaume St-Pierre

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.