/opinion/columnists
Navigation

Tuerie au Texas: de l’horreur à l’inaction

Tuerie au Texas: de l’horreur à l’inaction
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Au lendemain de la fusillade qui a fait 21 morts dans une école du Texas, le resserrement des contrôles des armes à feu sembleencore—voué à l’échec.

Récemment, un Texan manifestement troublé célébrait son 18e anniversaire en s’offrant deux armes d’assaut AR15. Mardi, il abattait 19 élèves de quatrième année et leurs enseignantes. Certains parents ont dû recourir à des tests d’ADN pour identifier leur enfant horriblement mutilé.

C’est une tragédie insensée et inexplicable. Ce qui est aussi insensé, mais entièrement explicable, c’est qu’aucune loi ne sera adoptée dans un avenir prévisible pour contrer ce genre de massacre, devenu aussi routinier aux États-Unis que l’inaction politique qui le suit.

Des pensées et des prières

Pendant quelques jours, on réclamera en vain des mesures pour réduire ce fléau, comme l’interdiction des armes d’assaut et le resserrement des contrôles d’antécédents, entre autres. Les républicains offriront pensées et prières mais, à moins d’un improbable renversement, ils bloqueront toute action.

Des solutions existent pourtant, appuyées par une vaste majorité d’Américains. Il serait possible d’interdire les armes d’assaut semi-automatiques utilisées dans la plupart des fusillades de masse. Quand une telle loi a été appliquée dans les années 1990, les tueries de masse ont significativement diminué. Quand cette loi a expiré, elles ont grimpé en flèche.

Inaction garantie

Ce qui fait obstacle à toute nouvelle réglementation fédérale aux États-Unis est la mainmise de la National Rifle Association sur le Parti républicain et le culte malsain voué aux armes à feu par un noyau dur d’électeurs de droite.

Si on ajoute à cette équation l’absence de colonne vertébrale des politiciens républicains, qui n’osent pas contredire la toute-puissante NRA ou s’aliéner les adhérents à ce culte (dont plusieurs vouent aussi un culte à Donald Trump et ont le culot de se proclamer pro-vie), on a une formule imbattable pour l’inaction.

Le comble de l’indécence

Suite à cette tuerie, les réactions de la droite sont prévisibles. On blâme la maladie mentale, comme si la maladie mentale n’existait pas dans d’autres pays, où les tueries semblables sont rarissimes. Certains blâment l’immigration, même si le taux de criminalité des migrants est sous la moyenne. On réclame plus d’armes dans les écoles, même si ça ne ferait que multiplier les risques (et les profits des fabricants).

On blâme évidemment «la gauche» de politiser la tragédie même si, ce faisant, on politise la tragédie. Le hasard faisant parfois cruellement bien les choses, cet étalage d’arguments tordus atteindra son paroxysme au congrès de la NRA qui s’ouvrira vendredi à Houston.

Lors de cet obscène «festival du gun» (où le port d’armes sera interdit), les vedettes de la droite, Trump en tête, professeront leur foi envers le sacro-saint droit de posséder des armes et prétendront que la sécurité passe par une prolifération des armes à feu et que les contrôles proposés par les démocrates sont de dangereuses attaques contre la liberté.

Pour ne pas contrarier les adhérents à ce culte, les législateurs républicains se sentiront obligés de bloquer la moindre initiative de contrôle des armes à feu. Ils n’en subiront probablement aucune conséquence, car leurs électeurs sont bien davantage préoccupés par ce qu’il en coûte pour faire le plein de leur bagnole.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.