/news/politics
Navigation

Course à la chefferie: le français souvent massacré durant le débat conservateur

Les candidats à la chefferie du Parti conservateur du Canada croisaient le fer en français hier à Laval

Coup d'oeil sur cet article

Le Journal a demandé à sa directrice de la révision linguistique, Rose-Hélène Côté, d’évaluer la qualité du français des six candidats à la direction du Parti conservateur du Canada. Voici son verdict.

• À lire aussi - Course à la chefferie du PCC: religion et bilinguisme au menu


 Jean Charest : 10/10

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Sans surprise, c’est Jean Charest qui maîtrise le mieux la langue française parmi les candidats. Ses propos sont faciles à comprendre, exprimés dans un français impeccable et avec une grande fluidité. Il est expressif et son vocabulaire est varié. 


Pierre Poilievre : 8/10

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Il a un bon français. On comprend bien ce qu’il dit malgré son accent et les quelques erreurs qu’il fait. Il a de petites hésitations, mais sa prononciation est bonne et ses propos sont clairs. Il ne regarde que peu son texte.  


Patrick Brown : 4/10

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

On voit qu’il fait des efforts, mais ses propos sont parfois incompréhensibles. Son accent est fort et sa prononciation souvent difficile. Par contre, il regarde moins son texte que d’autres candidats et c’est ce qui lui vaut une note plus élevée que d’autres. 


Leslyn Lewis : 2/10

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Comme en 2020, elle a du mal à s’exprimer dans la langue de Molière. On arrive malgré tout à saisir ses propos. Sa prononciation semble tout de même laborieuse et son accent est à couper au couteau. Elle ne lève pas les yeux de son texte. 


Scott Aitchison : 2/10

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Bien qu’il trébuche souvent en parlant, il a un débit régulier. Il regarde lui aussi beaucoup son texte. Ça lui semble difficile de parler en français, et son discours présente beaucoup d’hésitations. 


Roman Baber : 1/10

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Il faut se concentrer pour saisir ses propos. Son discours n’est pas toujours intelligible. Il a beaucoup d’hésitations, une prononciation difficile et un très fort accent. Il a les yeux constamment sur ses notes. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.