/news/currentevents
Navigation

Avenue Myrand: une vague de vols réglée grâce à deux arrestations?

Vague de vols sur Myrand
Photo Dominique Lelièvre Mustapha Bouzidi, propriétaire du restaurant de mets tunisiens Touareg Lounge sur l’avenue Myrand, affirme qu’on lui a volé plus de 3000 $ en argent et en biens depuis deux ans.

Coup d'oeil sur cet article

Des commerçants de l’avenue Myrand espèrent que leur calvaire est terminé après l’arrestation de deux individus qui pourraient être reliés à une vague de vols qui empoisonnait leur vie.

• À lire aussi: Deux pizzerias cambriolées à Québec

Mustapha Bouzidi, propriétaire du restaurant de mets tunisiens Touareg Lounge, affirme que ses problèmes ont commencé en 2020.

« J’ai été volé à peu près huit fois », soutient-il, disant s’être fait dérober deux fois la caisse, des objets comme une radio, de même qu’un petit coffre-fort.

La serrure d’une porte en arrière de son établissement a manifestement été abîmée.
Photo Dominique Lelièvre
La serrure d’une porte en arrière de son établissement a manifestement été abîmée.

Le ou les malfaiteurs, habiles, en étaient à un point où ils entraient et sortaient « sans qu’on le sache », affirme-t-il, évaluant la valeur des vols à plus de 3000 $.

Il n’en dormait plus

Toute cette situation l’a fortement affecté. « Tu travailles [...] puis il y a quelqu’un qui passe après toi et ramasse ce que tu as gagné », lance-t-il.

« On a passé des nuits à dormir ici sur les banquettes jusqu’au matin », confie-t-il, précisant qu’il ne laisse plus aucune liquidité sur place après la fermeture et qu’il a fait installer des caméras de surveillance.

Depuis quelques semaines, les vols se seraient intensifiés, touchant d’autres enseignes de l’artère. Le 16 mai, Le Journal rapportait d’ailleurs qu’une pizzeria de l’artère avait été cambriolée.

Le copropriétaire du restaurant L’Gros Luxe, Guillaume Labrie, relate de son côté que la porte arrière de son établissement a été défoncée il y a environ trois semaines. Le ou les voyous n’ont toutefois pas réussi à pénétrer à l’intérieur et il n’y a donc pas eu de vol.

« J’ai vu les traces d’effraction, j’ai réglé ça, puis, dans les jours après, c’étaient les voisins qui se faisaient voler du lait, de l’argent. Chaque commerce de la rue y est passé, ils se sont fait casser une porte ou des traces de tentative d’effraction », affirme-t-il.

« Ce n’était pas des gros crimes, mais c’était stressant parce que c’était tous les jours », ajoute-t-il.

Deux arrestations

Les commerçants espèrent que leur cauchemar prendra fin à la suite de deux arrestations survenues jeudi.

Vers 1 h 24 dans la nuit, la vigilance d’un citoyen qui a entendu un bruit suspect a permis à la police d’arrêter un homme de 50 ans en lien avec une entrée par effraction dans un commerce du chemin Sainte-Foy.

L’enquête policière a débouché plus tard dans la journée à l’arrestation d’une femme de 43 ans qui habite avec lui, pour des infractions de vol et d’introduction par effraction.

Les policiers ont saisi dans leur domicile « plusieurs items pertinents en lien avec les infractions reprochées », selon le communiqué du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Selon la police, « les suspects pourraient être reliés à plusieurs vols survenus dernièrement dans des commerces du secteur de la rue Myrand à Sainte-Foy ». Ils ont été libérés sous promesse de comparaître.

Un porte-parole du SPVQ a confirmé que « plus d’une dizaine » de dossiers ont été ouverts dans le dernier mois pour des introductions par effraction dans des commerces du secteur de l’avenue Myrand et des vols totalisant quelques milliers de dollars.

Il est toutefois trop tôt pour dire si les arrestations de jeudi permettront de tous les élucider, a-t-il ajouté. L’enquête se poursuit.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.