/news/currentevents
Navigation

Le Québec n’est pas à l’abri de violences dans les écoles

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec pourrait lui aussi subir des événements d’une grande violence comme celui survenu à Uvalde, au Texas, puisque l’influence américaine a déjà atteint le Québec, estime un ancien policier.

• À lire aussi: Plan de tuerie dans une école de Montréal: deux adolescents condamnés

• À lire aussi: Tuerie à Uvalde: après la tristesse, la crainte d’être le prochain

À Montréal, deux adolescents ont été condamnés, hier matin, pour avoir planifié en détail une véritable tuerie dans une école secondaire de Montréal.

« Ce que l’on voit présentement, c’est l’influence américaine qui est en train de nous rattraper », explique Alain Gelly, policier à la retraite et enseignant en technique policière au Campus Notre-Dame-de-Foy de Québec.

Il connaît bien la réalité que vivent les Américains en ce qui concerne les armes à feu. Il a effectué une cinquantaine de voyages éducatifs, notamment au Mississippi, avec ses élèves. 

Les armes sont presque des membres de la famille dans certains cas. 

« J’ai des amis là-bas dont les armes font partie de la religion, lance-t-il. Ils ont la bible dans la main gauche et ils ont l’arme dans la main droite. »

Devant des tragédies comme celle d’Uvalde, la solution est fort simple pour un grand nombre d’Américains.

« Ils ont été élevés dans un contexte où les armes et la violence sont omniprésentes, rappelle l’ancien policier. Ils ne ferment pas les yeux sur cette tragédie, ils disent que si tout le monde avait été armé à l’école, probablement qu’on l’aurait évité », enchaîne l’ex-policier de Lévis.

Plus d’armes ici

Au Québec, les armes à feu prolifèrent, comme en témoignent de nombreuses saisies d’armes illégales. Québec somme aussi le fédéral de resserrer les règles visant les armes de poing et les contrôles aux frontières.

« Si tu fais un parallèle entre ce qui se passe dans l’évolution des armes à feu au Québec, il faut être visionnaire et se dire qu’il n’y a pas de fumée sans feu », explique M. Gelly, qui n’est pas étonné de la tragédie d’Uvalde. 

« Encore une fois, des jeunes innocents seront oubliés au bout d’une semaine. Il n’y a que les noms qui changent. Les drames se succèdent les uns après les autres », constate-t-il.

M. Gelly se désole que ce dossier soit politisé et fauche de nombreuses vies.

« Les présidents pleurent face à ces événements-là, mais les lois ne changent pas », dénonce-t-il.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.