/news/society
Navigation

Droit à l’avortement: une manifestation devant le consulat américain à Québec

Coup d'oeil sur cet article

Une vingtaine de femmes ont manifesté, samedi matin, devant le consulat américain à Québec, pour défendre le droit à l’avortement.  

• À lire aussi: Le gouverneur de l’Oklahoma promulgue une loi bannissant l’avortement dès la fécondation

• À lire aussi: Des démocrates demandent à Google de protéger les données des femmes voulant avorter

• À lire aussi: Québec solidaire souhaite rendre la contraception gratuite

«Mon corps, mon choix!», «pas d’ovaires, pas de commentaires», scandaient notamment les manifestantes, dont certaines étaient en soutien-gorge ou, même, seins nus. 

Après une dizaine de minutes sur la terrasse Dufferin, les manifestantes se sont dirigées devant l'immeuble du Consulat général des États-Unis pour lancer un message clair.  

Mercredi soir, l'État de l'Oklahoma est devenu le premier État à bannir l'avortement dès la fécondation.

«On le sait, les femmes vont se faire avorter de toute façon. Et si elles ne le font pas de façon sécuritaire et légale, elles vont trouver d'autres moyens, et c'est là qu'on met la vie des femmes en danger. Chaque année, il y a des femmes qui meurent des suites [d'un] avortement non sécuritaire», affirme une des manifestantes à TVA Nouvelles. 

Plusieurs craignent que le recul du droit à l’avortement aux États-Unis n’influence ceux qui partagent la même idéologie au Canada. 

«La jurisprudence au Canada est très solide en matière de droit à l'avortement. On se sent solides par rapport à ça. Sauf que c'est sûr qu'on craint que ça puisse donner de l'énergie aux groupes anti-choix ou à la droite politique ou religieuse», explique Élise Landriault-Dupont, du Regroupement des femmes de la Capitale-Nationale. 

Le droit des femmes en Ukraine préoccupe aussi beaucoup les manifestantes. 

«On voit actuellement les femmes ukrainiennes qui sont réfugiées en Pologne et qui n'ont pas accès à l'avortement suite à des viols qu'elles ont subis durant cette guerre-là. C'est absolument inacceptable», dénonce l’une d’elles. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.